ToulÉco

Publié le mercredi 13 novembre 2019 à 19h00min par Béatrice Girard

200 millions d’euros de retombées par an espérées à Toulouse grâce au Meett

Le titanesque chantier du futur parc des expositions de Toulouse Métropole entre dans sa dernière phase. La livraison de l’ouvrage est prévue en mars 2020, et le premier événement dédié au spatial y sera organisé en juin 2020.

Le 8 novembre dernier, l’enseigne du Meett (pour rencontrer Toulouse) a été officiellement dévoilée sur la façade du bâtiment par les élus. « Ce chantier est actuellement le plus important du territoire parmi ceux portés par des collectivités territoriales, et selon les spécialistes, nous pouvons en attendre 200 millions d’euros de retombées annuelles », a pointé Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole.

Conçu par l’agence OMA, fondée par Rem Koolhaas avec le soutien des agences toulousaines Puig Pujol et associés, Taillandier architectes et associés, le projet couvre une enceinte de 25 hectares. Il comprend un hall d’exposition de 40.000 m2, un centre de convention de 15.000 m2, un parking silo de 3000 places et une aire d’exposition extérieure de 26.000 m2. Un parking d’ombrières photovoltaïques de trois hectares vient aussi d’y être inauguré. Des dimensions qui devraient faire basculer Toulouse dans le trio des villes françaises susceptibles d’accueillir de grands événements internationaux.

Le Meett est co-financé par Toulouse Métropole (199 millions d’euros), la Région Occitanie (45 millions d’euros), le Département de Haute-Garonne (45 millions d’euros), et Tisséo Collectivité (22 millions d’euros), pour un coût total de 311 millions d’euros HT.

Un projet estampillé green


Au-delà de ses dimensions hors normes, le Meett se revendique comme un projet exemplaire en matière de développement durable. Ainsi le parking d’ombrières photovoltaïques, composé de 10.700 panneaux, produira 6500 MWh/an, soit l’équivalent de la consommation électrique annuelle d’Aussonne (3600 foyers) et sera raccordé au réseau de chaleur d’Aéroconstellation. Ce projet a nécessité un investissement de 6 millions d’euros porté par Engie Green, l’Arec, l’agence régionale énergie climat, et Midi Energy. En complément, une centrale de géothermie a été créée sur place pour répondre aux besoins spécifiques en chauffage et climatisation des 800 m2 de bureaux d’exploitation.

Cette démarche respectueuse de l’environnement émaille tout le projet qui se caractérise notamment par une faible emprise foncière, la création de dix bassins d’orage et de zones de biodiversité de compensation à proximité.
Voilà qui devrait faire du Meett le premier bâtiment public de France labellisé Leed NC. Ce label reprend les objectifs HQE pour les bâtiments et les élargit à l’environnement immédiat du projet en tenant compte de la diminution de la pollution lumineuse, des solutions alternatives à la voiture, ou encore des aménagements paysagers économes en eau.
Béatrice Girard

Sur les photos :
En haut : Le Meett devrait rapporter 200 millions d’euros de retombées annuelles, selon les élus. Crédits : Valentine Chapuis - ToulÉco
En bas : Le parking d’ombrières photovoltaïques inauguré le 8 novembre va produire l’équivalent de la consommation électrique de 3600 foyers. Crédits : Valentine Chapuis -ToulÉco.

P.S. :

Tous les jeudis, retrouvez l’actualité de l’immobilier en Occitanie sur touleco.fr.

1 Commentaire

Répondre à cet article