ToulÉco

Publié le lundi 13 août 2018 à 18h30min par Sylvie Brouillet

A Montpellier, Vaonis vise les étoiles avec Stellina

Article publié le 6 juin 2018

Remarquée au dernier Consumer electronic show (CES) de Las Vegas, la jeune start-up montpelliéraine Vaonis a lancé fin son premier télescope d’astrophotographie grand public, beau, compact et connecté. Baptisé Stellina, il devrait être commercialisé cet été.

Au dernier Consumer electronic show de Las Vegas, le télescope connecté de la start-up montpelliéraine Vaonis avait eu le privilège d’une double exposition. Comme tous les lauréats « Innovation CES 2018 », Stellina avait paradé à l’hôtel The Venitian, tandis qu’à l’Eurêka Park, sur l’espace de la délégation des jeunes entreprises innovantes d’Occitanie pilotée par Sud de France développement, l’équipe de Vaonis rencontrait des distributeurs potentiels et des « influenceurs ».

« Il y a cinq ans, j’ai imaginé un télescope tout-en-un, compact, facile à utiliser et contrôlable depuis un mobile », se souvient Cyril Dupuy. l’entrepreneur de 28 ans, président d’un club d’astronomie à Castelnau-le-Lez, diplômé d’un BTS Génie optique et d’une licence en Vision pour la robotique industrielle. Pour transformer l’idée en entreprise, il a fallu du temps, du soutien et un déclic : « La rencontre avec le BIC fin 2014, et son retour positif », assure Cyril Dupuy.

Une lunette de 7 kilos qui tient dans un sac à dos

Finalement créée en novembre 2016, la startup emploie aujourd’hui six personnes et loge à la pépinière Cap Alpha. Elle a obtenu le soutien des incubateurs LRI et ESA BIC Sud France (Agence spatiale européenne), du fonds d’amorçage Créalia, de la Région Occitanie. Elle a suivi les programmes d’accélération Sprint Montpellier en 2016 et Netva de l’ambassade de France aux États-Unis en 2017. Stellina a aussi séduit, fin 2016, le jury du concours Tremplin de Nature & Découvertes. Design, Stellina tient dans un sac à dos et pèse 7 kg.

Sa lunette de 80 mm de diamètre et 400 mm de focale est munie d’un capteur haute sensibilité. Piloté via l’application Stellimap depuis le smartphone ou la tablette, l’ordinateur embarqué gère la mise en station, le pointage, le guidage et le traitement d’image et invite à partager les clichés avec une communauté d’utilisateurs. Vaonis le vend 2200 euros et lancera la commercialisation « en Europe fin mars, aux États-Unis à l’été », assure Cyril Dupuy. Grâce à une levée de fonds de 1,7 million, il espère lancer la production et créer cinq postes en 2018.
Sylvie Brouillet

Sur la photo : Cyril Dupuy le créateur de Vaonis. Crédits : DR