ToulÉco

Publié le jeudi 15 juin 2017 à 21h21min par Philippe Font

A Toulouse, les salariés de Safran Engineering Services opposés à la vente de leur société

Près de 450 salariés du site de Blagnac ont battu le pavé jeudi 15 juin matin. Cette action visait à condamner le projet de vente de la branche du groupe Safran à une autre SSII.

Ils ont marché pour leurs emplois. Jeudi matin dès 8h30, près de 450 salariés de Safran Engineering Services basé à Blagnac ont manifesté une partie de la matinée entre le périphérique et le centre-ville de Blagnac avant de se retrouver devant le siège flambant neuf de la maison-mère Safran Electrical & Power inauguré en avril 2016.

Leurs collègues de Saclay, en région parisienne, et de Borde près de Pau, ont fait de même, alors que devait se tenir jeudi 15 juin après-midi l’assemblée générale des actionnaires de Safran. Au cœur de leurs préoccupations : la crainte de voir leur entité vendue par la société-mère Safran. « La direction nous a informé qu’il y avait trois options désormais : la vente, la restructuration ou la création d’une joint-venture avec un autre groupe », indique David Dijoux, délégué syndical FO et membre de l’intersyndicale.

Non au nucléaire, oui à Zodiac

Spécialisée dans le cablâge et l’ingéniérie, Safran Engineering Services a la moitié de son carnet de commandes fournie par Airbus. Or avec l’absence de nouveaux programmes d’avions dans les années à venir, l’activité a sérieusement baissé au cours des dix-huit derniers mois. « Nous avons su nous adapter, les effectifs sont passés de 800 à 500 salariés, il y a eu des coupes chez les sous-traitants (300 emplois). Nous ne sommes pas déficitaires mais nous ne sommes pas assez profitables », ajoute de son côté Nicolas, salarié chez Safran depuis neuf ans.

La société qui affiche un chiffre d’affaires de 100 millions d’euros en 2016, emploie au total près de 1800 salariés en France. « La direction souhaite nous orienter vers le nucléaire, mais nous ne le voulons pas car c’est un secteur en baisse. En revanche, nous avons proposé d’accompagner la société Zodiac qui vient d’être rachetée par Safran, mais les dirigeants n’ont pas donné une suite positive à cette proposition », regrette encore David Dijoux. Contactée jeudi 15 juin après-midi, la direction n’a pas souhaité confirmer le projet de vente de Safran Engineering Services.
Philippe Font

Sur la photo : Le siège de Safran Electrical & Power a été inauguré en avril 2016. Crédits : Rémy Gabalda - ToulÉco