ToulÉco

Publié le mercredi 25 juillet 2018 à 16h02min par Florence Elman

A la maison de la montagne, le Pyrénéisme rime avec humanisme

La Maison de la Montagne a choisi de s’installer dans le centre-ville de Pau, Pour fédérer les passionnés, aller à la rencontre des publics et valoriser le massif des Pyrénées dans toutes ses dimensions : loisir, culture, éducation, économie…

« Les activités montagne permettent de travailler sur la sécurité, la responsabilité, le rapport à l’autre, la gestion de la frustration, l’engagement physique, l’effort… C’est une formidable école de la vie », explique Damien Maurice, directeur de l’association Maison de la Montagne (quatre salariés). Parmi ses missions, l’ingénierie de projet. C’est à dire la construction de sorties et séjours « clés en mains » avec les professionnels de la montagne. « Nous travaillons avec les écoles primaires les collèges, des lycées, les MJC, les centres éducatifs fermés, le milieu carcéral… Les activités sont choisies en fonction de la cible et des objectifs pédagogiques, de la simple marche à la rénovation de cabanes de bergers ».

Dans les locaux de la Cité des Pyrénées depuis 2013 - aux côtés de la médiathèque de la montagne Henri Barrio, de la MJC Berlioz, des Amis du Parc National des Pyrénées, du CAF de Pau et de la Vallée d’Ossau, du Cyclo Club Béarnais, de Geolval - la Maison de la Montagne gère aussi une bourse de prêt de matériel et une salle d’exposition…

« Montagne Douce » accompagne les porteurs de projets

Le dispositif est né en 2015. Objectif : donner un coup de pouce aux initiatives créatrices d’emplois sur le massif pyrénéen : séjours à thèmes, cabanes dans les arbres, écotourisme… « Nos entrepreneurs ont un profil atypique. Certains sont salariés saisonniers, d’autres sont guides de haute montagne l’été… Ils ont des problématiques spécifiques et cherchent des réponses personnalisées ». Le dispositif « Montagne Douce » répond à ce besoin. Emilie de Bailliencourt, chef de projet, a été recrutée pour cette mission. Elle étudie les dossiers, apporte du conseil, mobilise des financements et fait de la mise en relation… « Au sein du réseau de soutien économique montagne, il y a toujours un professionnel – avocat, juriste, chef d’entreprise… – qui est prêt à donner un peu de son temps », ajoute Damien Maurice.

Demain un nouveau modèle ?

Dans un contexte de réduction des subventions publiques, la Maison de la Montagne doit désormais développer des prestations payantes et faire preuve de créativité pour boucler son budget annuel. Message reçu ! C’est grâce à une plateforme de financement participatif qu’elle a pu lancer son activité édition en 2016, un projet relayé par ses 4 000 « suiveurs facebook ». Efficace ! Le numéro 2 de la revue Passe-Murailles était prêt pour Noël !
Florence Elman

Sur la photo : amien Maurice, directeur de l’association Maison de la Montagne. Crédits : Laurent Pascal - ToulÉco