ToulÉco

Publié le lundi 30 septembre 2019 à 19h00min par Johanna Decorse

Aérien. Ryanair inaugure sa base toulousaine et affiche ses ambitions

Ryanair a inauguré ce vendredi 27 septembre sa base de Toulouse, annoncée en février dernier. La compagnie irlandaise à bas-coût qui ouvre ainsi sa troisième base française, opère désormais vingt-trois routes depuis la Ville rose dont treize nouvelles.

La compagnie Ryanair qui a ouvert ses premières lignes à Toulouse en 2016, vient d’y inaugurer sa nouvelle base, la troisième en France après Bordeaux et Marseille. D’ici octobre, deux avions y seront stationnés pour opérer pour l’été 2020 vingt-trois routes au total vers la France et l’Europe dont treize nouvelles reliant notamment la Ville rose à Athènes, Porto, Tanger ou Budapest. La low-cost irlandaise qui a transporté cette année un million de passagers depuis ou vers Toulouse, prévoit d’atteindre les 1,4 million de clients dès 2020. Selon Ryanair, cette nouvelle implantation va permettre de créer un millier d’emplois directs et indirects , dont soixante pour la rotation des ses deux Boeing 737-800 basés à Toulouse.

« On tient bon »

Devenu un véritable groupe aérien avec les rachats de Laudamotion en Autriche, Buzz en Pologne et Malta Air qui lui permettent de redéployer sa flotte dans l’UE dans la perspective du Brexit, Ryanair veut aussi « accéder aux marchés hors-UE depuis Malte » notamment. Vendredi 27 septembre, lors d’une conférence de presse pour l’inauguration de la base toulousaine, son directeur commercial, David O’Brien s’est dit « intéressé par la Tunisie et l’Algérie ».

Dans un contexte difficile pour le secteur du low-cost, dont témoignent les faillites de Thomas Cook, Air Azur et XL Airways, Ryanair, première compagnie d’Europe avec 152 millions de personnes transportées cette année, dit « tenir bon ». Et ce malgré la hausse des coûts de carburant, une concurrence féroce et la fiscalité française, le « plus gros obstacle » à son développement dans l’Hexagone selon Ryanair qui compte améliorer sa troisième place nationale avec 6 % de parts de marché.

Retard de croissance à cause du 737 Max

Les envies de croissance du transporteur sont pour l’instant freinées par les retards de livraison du Boeing 737 Max, dont la flotte est clouée au sol depuis deux accidents ayant fait près de 350 morts. La compagnie doit recevoir trente appareils à l’été 2020 contre cinquante-huit prévus initialement. « Ryanair se porte bien mais nous sommes obligés de fermer des bases saisonnières comme Faro car nous n’avons pas assez d’avions. Ces retards vont ralentir un peu notre croissance. Nous avons besoin du Max pour grandir et transporter plus de passagers », explique Michael O’Leary, directeur général de Ryanair.

La compagnie a présenté en mai 2019 des résultats en retrait avec un bénéfice net en baisse de 29 % sur un an, à 1,02 milliard d’euros, pour un chiffre d’affaires en hausse de 6 %, à 7,56 milliards d’euros. Elle a confirmé à Toulouse un profit compris entre 750 et 950 millions d’euros pour l’exercice en cours.
Johanna Decorse

Sur la photo, de gauche à droite : Philippe Crebassa, président du directoire de l’aéroport Toulouse-Blagnac et Michael O’Leary, directeur général de Ryanair. En France où elle compte trois basés et huit appareils, Ryanair dessert vingt-huit aéroports et a transporté 13 millions de clients en 2018. Crédits : Hélène Ressayres - ToulÉco.

P.S. :

La part des compagnies low-cost dans l’activité de l’aéroport Toulouse-Blagnac atteint les 43 % contre 23 % en 2013. Premier transporteur de la plateforme, Easyjet totalise à elle-seul 2,5 millions de passagers,soit entre 25 et 30 % de parts de marché, contre 9 % actuellement pour Ryanair.

1 Commentaire

Répondre à cet article