ToulÉco

Publié le mardi 22 mai 2018 à 21h19min par Audrey Sommazi

Aéronautique. Avec sa nouvelle usine de Toulouse, Latécoère reprend son envol

L’équipementier aéronautique Latécoère a inauguré sa nouvelle usine robotisée et automatisée près de Toulouse. Avec un investissement de 37 millions d’euros elle s’inscrit dans une stratégie de reconquête industrielle.

Latécoère entre dans l’ère 4.0 et ouvre un nouveau chapitre de son histoire. Ce mardi 22 mai, le groupe centenaire, qui intervient dans les aerostructures et les systèmes d’interconnexion, a inauguré sur la zone industrielle de Montredon (Haute-Garonne) sa nouvelle usine de production de pièces élémentaires métalliques de portes et de tronçons d’avions.

Cette nouvelle entité de 6000 m², dont 1000 m² de bureau, est équipée de six machines automatisées et robotisées, entrées en fonction dès le mois de février. Dans deux ans, quatre autres machines compléteront ce dispositif industriel qui se veut « plus flexible, plus performant et plus réactif », indique Richard Montanel, le directeur du site.

« Nous nous organisons en deux étapes », affirme-t-il. « La première prévoit le transfert de la production des pièces élémentaires fabriquées en interne sur l’autre site toulousain, rue de Périole, et la seconde est la ré-internalisation de certaines pièces achetées à des sous-traitants installés dans les pays à bas coûts ». Objectif de cette stratégie industrielle : réaliser des économies en réduisant les cycles de production de trois mois à trois semaines, et les achats auprès des fournisseurs, tout en gagnant en productivité. Avec une équipe de 150 personnes, la cadence de production devrait atteindre 500.000 pièces par an, assemblées ensuite sur les différents sites du groupe.

Latécoère, qui y a investi 37 millions d’euros, prévoit déjà une extension de son usine de 3000 m² en 2019 pour accueillir les activités traitement de surface et chaudronnerie.

Usine en Bulgarie

Cette smart factory s’inscrit dans dans le plan de réorganisation industrielle baptisé « Transformation 2020 » lancé en 2016. Il est chargé de réduire les coûts de l’entreprise. Car après une année économiquement 2015 difficile, marquée par l’entrée au capital de deux fonds d’investissement américains (Apollo et Monarch Capital) et une dette importante, le groupe a mis en place un plan social qui s’est soldé par dix licenciements et la suppression de 130 postes.

« Cette période est derrière nous. Il nous faut repartir sur une histoire de croissance », assure Yannick Assouad la directrice générale. « Et suite à une restructuration financière, le groupe a retrouvé une rentabilité pour penser au futur et investir. Nous devons être compétitifs sur nos marchés pour gagner de l’argent en répondant aux réductions des coûts de nos donneurs d’ordre. Pour les suivre, nous avons besoin de ce type d’investissement et aller vers les bas coûts ».

Car si cette usine nouvelle génération est l’un des volets du plan de réorganisation industrielle de l’entreprise, la fabrication des pièces dans les usines low cost en est une autre. D’ailleurs, Latécoère, qui compte seize usines dans le monde, ouvre un nouveau site en Bulgarie cette année.
Audrey Sommazi

Sur les photos :
En haut : Un salarié travaillant sur l’une des machines automatisées du site de Montredon.
En bas : Carole Delga, présidente de la région Occitanie, a assisté à l’inauguration de l’usine 4.0 mardi 22 mai. Crédits Rémy Gabalda - ToulÉco