ToulÉco

Publié le lundi 10 juin 2019 à 18h47min par Audrey Sommazi

Aéronautique. Avec son nouveau centre, Ratier-Figeac fabriquera des hélices plus vertes et silencieuses

Placé dans le portefeuille de Collins Aerospace, l’équipementier Ratier-Figeac lance la construction dans le Lot d’une usine ultra-moderne pour le développement d’hélices nouvelle génération.

Ratier à Figeac, une filiale du groupe américain Collins Aerospace, société née de la fusion en novembre 2018 de United Technologies Aerospace Systems (Utas) et de Rockwell Collins, a annoncé il y a quelques semaines le lancement de la construction d’une nouvelle usine sur son site lotois, un centre d’excellence dédié aux hélices plus précisément.

Ce bâtiment ultra-moderne d’une surface de 2300 m² opérationnel au dernier trimestre 2020 sera dédié à la conception, à la fabrication et à la maintenance de la prochaine génération d’hélices pour les avions commerciaux et militaires. Une extension est déjà prévue. « Un second bâtiment étendu à 6000 m² inclura les capacités opérationnelles pour répondre au besoin de fabrication, orienté nouvelles technologies industrielles et 4.0 », précise Jean-François Chanut, président de Ratier-Figeac.

32 millions d’euros investis

Pour un montant total de 32 millions d’euros investis dans ce projet incluant la création de 150 emplois directs, ce centre sera chargé « d’optimiser la conception des hélices ». L’objectif est « d’améliorer les performances tout en réduisant le poids, la consommation de carburant et le bruit pour une hélice plus respectueuse de l’environnement », ajoute celui qui est aussi directeur général de la business unit Propeller Systems de Collins Aerospace.

« Pour aider les compagnies aériennes à réduire les temps et les coûts de maintenance, Collins Aerospace utilisera également le centre pour introduire des améliorations sur les hélices existantes et concevoir une hélice dotée de fonctions de surveillance et de pronostique des pannes, dans le cadre de sa stratégie globale axée sur l’avion plus intelligent », précise Jean-François Chanut.

Outre ses activités hélices, Ratier-Figeac , fabrique aussi des équipements de cockpits, de cabines, de verins, ainsi que des pièces critiques pour hélicoptères. L’équipementier, fondé il y à 110 ans dans le Lot, a réalisé en 2018 un chiffre d’affaires de 500 millions de dollars. Il emploie 1200 salariés au siège et 220 personnes réparties sur ses deux autres sites, l’un au Maroc, l’autre aux Etats-Unis, et fournit notamment les hélices pour les ATR, les bombardiers d’eau CL415 et les avions militaires A400M. 
Audrey Sommazi

Sur la photo : le site lotois de Ratier-Figeac. Photo DR.