ToulÉco

Publié le lundi 22 janvier 2018 à 22h39min par Johanna Decorse

Aéroport de Toulouse-Blagnac. Georges Méric plaide toujours pour un actionnariat citoyen

A partir du 18 avril prochain, l’État aura un an pour décider ou non de vendre les 10,01% de parts qui lui restent au capital de l’aéroport de Toulouse-Blagnac. Élus locaux et décideurs s’interrogent toujours sur l’attitude qu’adoptera l’exécutif. Et sur les éventuelles alternatives.
Trois ans après la vente de 49,99% des parts de l’État dans le capital de la société Aéroport Toulouse-Blagnac, le troisième aéroport régional de France fait de nouveau l’actualité. À compter du 18 avril prochain, le gouvernement aura en effet six mois, renouvelables une fois, pour décider d’exercer ou pas (...)

La lecture de cet article est réservée aux abonnés :

Je m'abonne Je me connecte