ToulÉco

Publié le lundi 13 novembre 2017 à 20h56min par Armelle Parion

Aéroport Toulouse Blagnac. Naissance d’une micro-brasserie en bout de piste

Depuis le 27 octobre, les amateurs de houblon peuvent boire une mousse artisanale en bout de piste de l’aéroport de Toulouse-Blagnac. Le Brasseur Toulousain y a posé ses cuves et y propose une ambiance immersive.

Ce nouveau lieu devrait réjouir les salariés du pôle aéronautique et spatial de Toulouse, et tous les amateurs de bières artisanales. Le Brasseur Toulousain a choisi comme concept les bières d’inspiration nord-américaine, au fort goût de houblon. A l’origine de cette nouvelle micro-brasserie, trois jeunes, pas encore trentenaires, à l’âme voyageuse. Martin et Simon Mabille, de nationalité française et américaine, sont frères. Le premier est commercial et Toulousain. Le second a appris le métier de brasseur à Montréal, pendant quatre ans auprès de professionnels. Sa femme Joany, québécoise, s’occupe de la communication.

Pour démarrer, ils ont lancé quatre bières artisanales, une blanche, une rousse, une blonde et une IPA. La bière fétiche est la « Green lights », une India Pale Ale (IPA), dont l’amertume le partage avec un parfum de fruits exotiques. Chacune des quatre cuvées s’inspire d’un élément rappelant la localisation de Toulouse : ville, montagne, mer et océan. « Nous avons choisi un concept dynamique, dans un lieu atypique. Le but est de créer une expérience immersive dans l’univers brassicole », explique Joany Mabille.

354.000 euros d’investissement

La micro-brasserie propose un espace de dégustation (Brewpub) pour 150 personnes, des divans, une mezzanine à l’étage, et même une terrasse de cinquante places, depuis laquelle les clients peuvent assister aux décollages et aux atterrissages des avions. Une boutique vend également les bières en bouteilles à emporter comme en Amérique du nord, et quelques produits dérivés.

Le Brasseur Toulousain a récolté plus de 22.000 euros via une campagne de financement participatif, pour la construction du bar et l’installation de matériels dédiés (tireuses à bière, etc.). L’investissement total a atteint 354.000 euros, dont plus de 100.000 euros consacrés à la construction du bâtiment au design moderne, et 155.000 au matériel de brassage. « Nous prévoyons de dégager des bénéfices à la fin de la première année, sans versement de salaire. D’ici à trois ans, nous comptons avoir cinq salariés », conclut Joany Mabille.
Armelle Parion

Sur la photo : Joany, Martin et Simon Mabille, les trois dirigeants de Le Brasseur Toulousain. Photo Hélène Ressayres - ToulÉco