ToulÉco

Publié le lundi 18 décembre 2017 à 18h46min par Natacha Zimmermann

Airbnb. Toulouse opte pour le suivi des loueurs plutôt que la répression

A Toulouse, l’immatriculation des propriétaires mettant leur bien en location touristique deviendra obligatoire début 2019. Mais, contrairement à Paris qui sanctionne, la municipalité souhaite mettre l’accent sur la qualité. Comme les hôteliers, qui proposent la mise en place d’un label (...)

5400. C’est le nombre de logements proposés à la location touristique sur la plateforme Airbnb, à Toulouse, selon Dataville. Le site a été mis en place par la plateforme, notamment pour permettre « aux municipalités de mieux suivre le développement de l’activité touristique via Airbnb sur leur commune, et son impact positif sur leur attractivité et sur le pouvoir d’achat de leurs administrés ».

Une opération « transparence » alors que Paris impose, depuis le 1er décembre 2017, aux propriétaires mettant leur bien en location touristique de se faire immatriculer. Un moyen de vérifier que les non-professionnels ne proposent pas leur logement plus de 120 jours par an.

L’immatriculation obligatoire d’ici 2019

A Toulouse, un système équivalent devrait voir le jour. Faisant suite aux demandes des syndicats hôteliers et de l’élu Vert Régis Godec, la Ville a annoncé que ces propriétaires devraient bientôt se faire immatriculer. « Mais cela ne pourra se faire que d’ici le deuxième semestre de 2019 », explique Sylvie Rouillon-Valdiguié, adjointe au tourisme à la mairie de Toulouse. Il faut d’abord passer par des votes, des délibérations qui commenceront début 2018, et par un appel d’offres « pour choisir le logiciel ».

« On est au XXIe siècle, c’est ’action-réaction’… Mais les politiques sont restés au XVIIIe siècle », s’agace Frédéric Michel, président du Syndicat des hôteliers Umih31. Même s’il concède que la décision d’immatriculer est un « bon début », il peste contre la lenteur du processus, les normes et les charges qui pèsent sur l’hôtellerie. Alors que, selon lui, les propriétaires proposant leur bien en ligne font « énormément de bénéfices (…) voire de l’argent au black ».

Instaurer un label toulousain ?

Le jugement de l’adjointe au tourisme est beaucoup moins sévère. Si elle considère que « ni Toulouse, ni l’État ne peuvent fermer les yeux sur une concurrence déloyale », elle refuse de « fliquer les gens (…) et de créer une distorsion de la concurrence ». « La situation à Toulouse est très différente de celle à Paris », poursuit-elle, arguant que seuls 800 appartements sont effectivement loués dans la Ville rose. Soit « 3% des lits vendus ».

Plutôt que de rentrer dans « une logique de répression et de sanction », Toulouse opte donc pour un accompagnement de ces acteurs de la chaîne touristique. Immatriculer ceux qui louent leur bien sur Airbnb permettrait à la mairie de « les connaître, leur donner nos outils et les former, pour que les voyageurs aient une bonne image de notre ville », explique surtout Sylvie Rouillon-Valdiguié. « Nous voulons les aider à grandir en terme de qualité. » Une décision qui ravit les hôteliers. Vendredi 8 décembre au matin, Frédéric Michel a même proposé à l’adjointe au tourisme, au travers d’une lettre, de créer un « label de qualité toulousain ».

« La qualité, ça a un coût »

Mais « la qualité, ça a un coût », esquisse-t-il. Pour aider les propriétaires et contrôler les logements, il faudrait alors, peut-être, augmenter la taxe de séjour, une démarche prévue dans l’amendement au projet de loi Finances. Mais il n’est pas sûr que ce label voit le jour, tant la mise en place de l’immatriculation semble complexe. Concernant les contrôles (qui ont rapporté plus d’un million d’euros à Paris cette année), Sylvie Rouillon-Valdiguié affirme que leur mise en place n’est pas encore une priorité. « Cela demande beaucoup de temps humain, sans réel retour sur investissement vu que les taxes sont faibles », explique-t-elle.
Natacha Zimmermann

Sur la photo : Frédéric Michel, président de l’Umih31. Crédit : Hélène Ressayres - ToulÉco

1 Commentaire

Répondre à cet article