ToulÉco

Publié le mardi 26 mars 2019 à 14h11min par Audrey Sommazi

Airbus. Les 300 avions commandés par la Chine seront assemblés en partie à Toulouse

Deuxième édition - 14h11

Les 300 appareils d’ Airbus, commandés par l’entreprise étatique chinoise Casc, seront produits en Europe et assemblés à Toulouse. Cet accord représente cinq à six mois de production.

C’est une commande qui devrait rapporter plusieurs dizaines de milliards d’euros au géant européen de l’aéronautique Airbus. L’entreprise étatique chinoise Casc (China Aviation Supplies Holding Company) a annoncé, lundi 25 mars, la signature d’un contrat d’une commande de 290 Airbus de la famille A320 et de dix A350. Selon le prix catalogue– c’est-à-dire le prix de vente officiel pratiqué par le vendeur avant remise –, le montant de cette commande d’ampleur s’élèverait à 31,8 milliards d’euros.

Cet accord commercial d’envergure, qui intervient à l’occasion de la visite du président chinois, Xi Jinping, en France, a été conclu par Guillaume Faury, le président d’Airbus commercial aircraft et futur patron d’Airbus, et Jia Baojun, président de Casc. « Ces appareils vont être construits en Europe puis assemblés en Chine, dans la chaîne d’assemblage de Tianjin, près de Pékin, et celles de Toulouse et Hambourg », a précisé une source proche du dossier. « Les compétences positionnées sur l’A380 à Toulouse, dont la dernière livraison sera effectuée en 2021, vont supporter en partie la montée en cadence de la production des A320 ». Les A350 seront aussi assemblés sur un unique site d’assemblage, à Toulouse. Airbus ne précise pas la date d’entrée en production de cette commande, l’une des plus importantes de son histoire qui « correspond à cinq ou six mois de production ».

La Chine, enjeu de la bataille commerciale avec Boeing

Cette annonce survient au moment où Boeing, le grand rival américain d’Airbus, traverse une passe difficile, avec l’immobilisation de son moyen-courrier 737 Max à la suite de deux accidents ayant fait 189 (compagnie Lion Air) et 157 (Ethiopian Airlines) victimes, en l’espace de quelques mois seulement. Selon Bloomberg News, Pékin, qui avait fait partie des premiers pays à clouer au sol les appareils, envisagerait d’exclure les commandes de Boeing 737 Max d’un éventuel accord avec Washington.

Boeing et Airbus se disputent âprement le marché aéronautique chinois, le deuxième au monde. Selon les dernières prévisions du marché chinois établies par Airbus pour la période 2018- 2037, la Chine aura besoin de 7400 avions passagers et cargos neufs au cours des vingt prochaines années, ce qui représente plus de 19% de l’ensemble de la demande mondiale qui s’élève à plus de 37.400 avions neufs. À la fin janvier, la flotte Airbus en service auprès des opérateurs chinois comptait quelque 1730 appareils, dont 1455 moyen-courriers de la famille A320 et dix-sept long-courriers de la famille A350 XWB. De son côté, l’Américain a ouvert en décembre un centre de finition destiné à l’aménagement de ses 737.
A.S.

Sur la photo : Un Airbus A320 Neo qui fait partie de la commande géante de 300 avions validée par la Chine. Crédits Airbus.