ToulÉco

Publié le lundi 26 décembre 2016 à 18h10min par Audrey Sommazi

Alcimed Toulouse décrypte les pistes de l’aéronautique du futur

article diffusé le 4 octobre 2016

Implantée depuis 10 ans à Toulouse, Alcimed, société de conseil en innovation et développement de nouveaux marchés, accélère son développement auprès des industriels de l’aéronautique, du spatial et désormais des systèmes embarqués.

Google, internet des objets, l’internet satellitaire… Les secteurs de l’aéronautique, du spatial, de la défense sont « chamboulés par la présence de nouveaux acteurs », note Géraldine Gascons Viladomat, co- directrice d’Alcimed, société de conseil en innovation et développement de nouveaux marché.

« Nous observons que les industriels se tournent désormais vers les usages. A l’avenir, la grande question sera la mobilité. Le voyage sera une expérience. A bord de voitures volantes, des drones ? Quelles places vont prendre les industriels ? », poursuit-elle. C’est pour répondre aux questions soulevées qu’Alcimed a été créée. D’abord spécialisée dans les sciences de la vie, cette société s’est diversifiée dans l’aéronautique, le spatial et la défense en 2006 en ouvrant un bureau toulousain pour « explorer les terres inconnues », ces problématiques encore non défrichées par les acteurs des secteurs concernés.

Diversification

Avec quinze salariés, elle conseille plus de cinquante clients en région, dont 80 % d’industriels et donneurs d’ordre de l’aéronautique et du spatial, dans le développement de marché à forte croissance, de stratégie, d’analyse prospective. « L’objectif est qu’ils gagnent en compétitivité, avec la mise en place de nouveaux outils et d’interfaces plus intelligentes », ajoute Alexandre Savin, l’autre directeur du bureau de Toulouse.

Forte de 250 et 300 missions réalisées depuis dix ans, Alcimed veut désormais accélérer le développement de son expertise, en visant l’Europe, depuis Toulouse. « Nous allons déjà voir les représentants de nos clients en Allemagne », assure Alexandre Savin.

Pour « peser sur le territoire », la société envisage aussi proposer ses analyses en lien avec les besoins des acteurs des systèmes embarqués. Pour accompagner ces perspectives, Alcimed prévoit de recruter deux ingénieurs avant la fin de l’année, entre cinq et dix personnes d’ici 2022.
Audrey Sommazi

Sur la photo :Géraldine Gascons Viladomat et Alexandre Savin, co-directeurs d’Alcimed Toulouse, visent un chiffre d’affaires de 1,7 million d’euros en 2016.
Crédits : Hélène Ressayres - ToulÉco