ToulÉco

Publié le mercredi 7 novembre 2018 à 20h58min par Béatrice Girard

Pour vendre ses maisons en bois dans toute la France, Ami Bois investit dans la franchise et l’innovation

Le constructeur toulousain a levé 3,5 millions d’euros auprès d’Isatis Capital pour développer des franchises, investir dans la R&D et financer des opérations de croissance externe.

En 2005, Frédéric Carteret crée Ami Bois avec un crédo : démocratiser la maison en bois, jusqu’alors réservée à une clientèle haut-de-gamme. Pari gagné avec quinze modèles de maisons de 112.000 à 170.000 euros prix catalogue, 200 maisons livrées chaque année et un chiffre d’affaires consolidé de 25,8 millions d’euros en 2018. « Mais le marché de la maison en bois n’a pas donné tout son potentiel », estime Frédéric Carteret. « Il représente aujourd’hui 13% du marché de la maison individuelle contre 4% en 2005, et pourrait peser jusqu’à 20%, ce qui nous laisse encore une belle marge de progression. »

Le chef d’entreprise qui table sur une production de 500 maisons par an à l’horizon 2023, compte actuellement douze agences en propre et six franchises à Montpellier, Nice, Paris, Nantes, Arras et Dieppe. Il vend à ce jour 90% de ses maisons entre l’ex. région Midi-Pyrénées et la Nouvelle-Aquitaine. Mais il pointe aussi « une filière trop atomisée qui empêche le marché de se développer en France comme chez nos voisins européens : 35% de maisons bois en Angleterre, 50% en Allemagne. »

Une levée de fonds de 3,5 millions d’euros

Pour accélérer sa croissance sur l’ensemble de la France, Ami Bois a conclu une levée de fonds de 3,5 millions d’euros avant l’été. Le fonds d’investissement Isatis capital prend 33% du capital, Frédéric Carteret conserve 45 % et les 22 % restants reviennent aux cadres de l’entreprise. « Cette levée de fonds va me permettre de pérenniser le développement de l’entreprise de façon dissociée », souligne le patron. Je vais dans un premier temps développer la franchise avec un objectif de cinq nouveaux franchisés par an et vingt à vingt-cinq à terme. Je mise par ailleurs sur la croissance externe et je ne m’interdis pas de regarder vers des constructeurs de maisons en bois… Enfin, je consacrerai une partie du capital aux travaux de R&D. »

Filière sèche et préfabrication mixte

Ami Bois a investit en 2014 et 2017 dans deux outils de production par le biais d’opérations de croissance externe. Le constructeur a racheté les maisons Serge Goacolou dans le Lot-et-Garonne pour disposer d’une ligne de production de 3000 m2, puis le groupe Gascogne à Marmande (10.000 m2 de ligne de production). Le constructeur qui garantit à ses clients une durée de chantier de quatre mois et dix-sept jours, mise désormais sur des techniques de préfabrication avec murs mixtes bois et béton, un nouveau concept de plancher 100% sec et espère lancer dès 2019 une nouvelle gamme de maisons mixtes. « Grâce à ces nouvelles techniques de construction, la maison ne perd pas en inertie et la présence de béton rassure les clients », conclut Frédéric Carteret.
Béatrice Girard

Sur la photo : Le fondateur d’Ami Bois veut vendre 500 maisons par an dans toute la France dès 2023 grâce à la franchise. Crédit : DR.

P.S. :

Tous les jeudis, retrouvez l’actualité de l’Immobilier toulousain sur touleco.fr.