ToulÉco

Publié le mardi 10 décembre 2019 à 13h00min par Johanna Decorse

Ariège. Les stations investissent et skient groupées

En Ariège, le paysage du ski devrait se modifier dès la saison prochaine. Les stations d’Ascou, Goulier et Mijanès et les espaces nordiques de Beille et du Chioula vont passer en 2020 sous la gestion d’un seul délégataire et bénéficier de nouveaux investissements d’ici (...)

Avis de changement en Ariège. Le département pyrénéen aux six stations de ski et aux quatre espaces nordiques qui a enregistré 514 .000 journées-ski l’hiver dernier pour 10,9 millions d’euros de chiffre d’affaires, va jouer groupé dès la saison prochaine. La communauté de communes de la Haute-Ariège a en effet décidé de confier l’exploitation de ses quatre stations, gérées actuellement en régie, à un délégataire unique pour assurer leur mise en réseau, gagner en visibilité et en force commerciale.

La procédure de délégation de service public lancée en septembre et qui sera clôturée le 20 décembre, concerne Goulier, Mijanès, les espaces nordiques de Beille et Chioula et la station d’Ascou-Pailhères dont la DSP s’arrête le 31 juillet. Le nom du délégataire sera connu en juin 2020 pour un démarrage au 1er août mais pour l’heure, seule la Savasem a retiré un dossier de candidature. La société d’économie mixte qui gère déjà Ax 3 Domaines, les Monts d’Olmes, Guzet depuis la saison dernière et Ascou veut clairement renforcer sa place de numéro 1 sur le marché du ski toulousain qui représente 25 % de sa clientèle.

Une enveloppe prévue sur six ans

Pour la Communauté de communes de la Haute-Ariège, ce changement de gouvernance va s’accompagner d’un plan d’aménagements évalué à 19,5 millions d’euros d’ici cinq à six ans. Pour la collectivité, l’objectif est de lever 50 % de l’enveloppe par tranche annuelle auprès de ses partenaires financiers que sont l’État, la Région et le Département. Une grosse partie de l’investissement, 6 millions d’euros, va concerner la reconstruction du bâtiment de service et des ateliers de la station de Beille. Le premier espace nordique des Pyrénées va bénéficier de l’accompagnement régional dans le cadre du programme « Bâtiment NoWatt » en soutien aux projets économes et sobres en ressources. Une luge quatre saisons fera aussi son entrée sur les pistes de Beille pour un coût de 1,8 million d’euros.

« Les stations sports d’hiver sont un outil de développement territorial. Pour la seule station de Beille, les retombées directes et indirectes ont été estimées à près de 6 millions d’euros en 2017. La professionnalisation de l’exploitation et les investissements maîtrisés doivent nous permettre d’assurer la pérennité et la viabilité économique de ces stations, vitales pour nos vallées », explique Georges Vigneau, directeur de la Régie des espaces nordiques des Vallées d’Ax (Renva) qui continue de gérer jusqu’au démarrage de la DSP les domaines de Beille et du Chioula.

Le plan d’aménagements de 19,5 millions d’euros, dont 2,5 millions engagés dès cette saison, inclura aussi Goulier à hauteur de 994.000 euros avec notamment un projet de salle hors-sac et restaurant et Mijanès (3,3 millions d’euros) avec l’achat à venir d’une dizaine de canons à neige.
Johanna Decorse

Sur la photo : La station de Beille, premier espace nordique des Pyrénées, devrait faire l’objet de plus de 10 millions d’euros d’investissements d’ici 2025. Crédits : Rémy Gabalda - ToulÉco.

1 Commentaire

Répondre à cet article