ToulÉco

Publié le jeudi 4 avril 2019 à 20h45min par Johanna Decorse

Occitanie. Asinus se fait mousser en France et en Asie

Asinus, la marque ariégeoise de savons à base de lait d’ânesse qui a vendu en vingt ans plus d’1,5 million d’unités, fait ses premiers pas en Asie. Sa gamme, enrichie depuis son rachat en 2017 par la société Silko, a séduit des distributeurs japonais et coréen.

Depuis son rachat en août 2017 par la société Silko, Asinus, la marque ariégeoise ne cesse d’élargir ses horizons. Précurseur il y a vingt ans avec sa recette de savons à base de lait d’ânesse, elle commercialise quelque 100.000 unités chaque année et devrait bientôt partir à la conquête du Japon et de la Corée. Sous l’impulsion de la fondatrice de Silko, Muriel Dessé, ariégeoise elle aussi, Asinus a développé son offre de savons solides sans huile de palme ni dérivé pétrochimique, fabriqués par les Savonneries Bruxelloises, fournisseur breveté de la cour de Belgique.

Elle compte aujourd’hui onze senteurs dont certaines se déclinent depuis fin 2017 dans une gamme de savons liquides, conçue avec une pharmacienne d’Aix-en-Provence qui a développé sa propre unité de production. Asinus sous-traite par ailleurs au groupe toulousain Berdoues la fabrication de trois crèmes pour le corps, les mains et le visage, également à base de lait d’ânesse.

Distribuée en France sur le Web et dans quelque 300 points de vente, pharmacies, magasins Intermarché et Gamm Vert, Asinus a fait ses premiers pas en Asie en novembre 2018 dans le cadre du dispositif d’accompagnement de la Région Pass Export.

Marque déposée au Japon

« Nous avons reçu une première commande de 500 crèmes de la part d’un distributeur japonais qui a déjà déposé la marque au Japon, et nous sommes en discussion avec un laboratoire de Séoul pour un contrat en exclusivité », explique Muriel Dessé. « Nous voudrions maintenant cibler l’Europe du Nord. Les cosmétiques à base de lait d’ânesse restent rares, leurs vertus reconnues et dans le même temps, le savon redevient tendance, ce qui rend notre marge de progression importante. »

Avec le rachat de la marque Asinus, cette cheffe d’entreprise qui a débuté sa carrière en tant que commerciale chez Xerox, et propriétaire depuis dix ans du magasin L’Autre Parfum à Toulouse, « concrétise un rêve ». La gérante de Silko, qui vise un chiffre d’affaires de 300.000 euros en 2019, garde aussi en projet l’implantation de sa propre unité de production de savons solides en Ariège.
Johanna Decorse

Sur la photo : Muriel Dessé, fondatrice de la société ariégeoise Silko, a repris la marque Asinus en 2017. Crédits : Rémy Gabalda - ToulÉco.