ToulÉco

Publié le lundi 19 novembre 2018 à 21h26min par Audrey Sommazi

Audiovisuel. Depuis Toulouse, Stop & Go cadre sa diversification

Stop & Go, le spécialiste toulousain de la production audiovisuelle, déploie de nouvelles offres stratégiques, dont un bus TV, loué à des entreprises à la journée.

Son arrivée n’est pas anodine. Elle correspond à un virage stratégique entrepris par cette société fondée il y a quinze ans par Geoffrey Dellus (toujours actionnaire principal). Le Parisien Pascal Gueulet a rejoint Stop & Go il y a un an pour entrer au capital et mettre à disposition son expertise en matière de communication événementielle et de marketing. « Ce n’est pas un hasard si je suis là », affirme celui qui garde un pied dans la capitale, là ou résident 80 % des clients. « Il s’agit d’insuffler un élan, une nouvelle ambition ».

Pour franchir cette étape de croissance, la diversification de son activité principale est un levier. L’entreprise, installée à Montrabé (Haute-Garonne), réalise plus de 65% de son chiffre d’affaires sur les 2,4 millions d’euros engendrés en 2017 avec la captation live d’événements sportifs pour la télévision et le web. Si son cœur de cible est la course automobile, Stop & Go propose aussi d’installer ses dispositifs clés en main à d’autres disciplines sportives et à des manifestations culturelles.

Sur ce marché concurrentiel que se partagent « deux mastodontes » et « une kyrielle d’acteurs aux moyens limités », l’entreprise vise une place intermédiaire, avec des dispositifs qui comprennent quinze à vingt-six caméras et à des tarifs « intéressants ». « Notre modèle économique repose sur la fabrication en interne de nos cars régie. Ce qui permet de réduire les coûts, sans mettre la qualité en berne », précise-t-il.

Une hausse de 10 % du chiffre d’affaires en 2019

Dans la foulée, le directeur associé annonce le lancement du bus.TV, un car de ville roulant au gaz naturel entièrement réaménagé. Commercialisée depuis le début du mois de novembre, cette nouvelle offre, qui s’adresse aux collectivités et aux entreprises, y compris aux médias, intègre un plateau TV pouvant accueillir quatre invités et un présentateur, cinq caméras, dont une mobile, un espace accueil et une zone technique (centre nodal, régie et stockage).

Deux techniciens se chargent aussi de la retransmission en direct des images. Question prix, Stop & Go se veut aussi abordable : 3800 euros la journée, sans compter l’acheminement du bus. En parallèle, l’entreprise poursuit son activité de production de contenus pour des marques, s’assurant ainsi 30% du chiffre d’affaires. « Nous avons la volonté d’équilibrer les deux activités, en les faisant grandir », ajoute Pascal Gueulet, qui prévoit une croissance de 10 % de 2019.
Audrey Sommazi

Sur la photo : Pascal Gueulet, directeur associé dans Stop and Go, emploie douze salariés. Crédits : Stop&Go Production