YOUYOU

ToulÉco

Publié le jeudi 8 février 2018 à 20h52min par Philippe Font

Avec Virtuo, la location de voitures sur smartphone arrive à Toulouse

Virtuo a ouvert son agence « virtuelle » de location de voitures à Toulouse fin 2016 qui permet de louer sa voiture depuis son smartphone. Les deux cofondateurs de la start-up espèrent atteindre la rentabilité d’ici 2020.

Réserver sa voiture de location depuis son smartphone, c’est désormais possible à Toulouse. La start-up créée en 2015 et lancée un an plus tard par Thibault Chassagne et Karim Kaddoura s’installent progressivement sur tout le territoire de l’Hexagone. A Toulouse ils ont installé plusieurs voitures de location à l’aéroport Toulouse-Blagnac.

Là où les loueurs traditionnels sont installés dans des structures physiques, Virtuo se distingue par la digitalisation de son modèle : de la location à l’ouverture du véhicule, le smartphone se transforme en clé de contact grâce au système RFID. Et le loueur gère l’ensemble de ses démarches grâce à son smartphone. « Avec Virtuo nous voulons faire la chasse aux coûts cachés qui peuvent survenir quand on loue une voiture, conducteur supplémentaire ou utilisation du GPS, sans oublier l’état des lieux de la voiture, la file d’attente au guichet, etc. », explique Thibault Chassagne.

Xavier Niel, le fondateur de Free, au capital

Depuis sa création à l’été 2015, Virtuo s’est implanté dans les principales agglomération françaises (Paris, Nice, Toulouse, Lyon, Bordeaux, Lille ou Aix-en-Provence), sur les aéroports ou les gares. Depuis le début de l’année 2018, les deux entrepreneurs ont inauguré Bruxelles et prévoient de s’implanter à Londres. « Le plus gros marché européen de la location de voiture sur la mobilité est en Angleterre. Les Londoniens sont en avance sur nous », justifie encore Thibault Chassagne. Aujourd’hui Virtuo affiche 400 voitures à la location, dont une dizaine sur Toulouse, et table sur une rentabilité opérationnelle estimée entre trois et six mois après l’ouverture d’une nouvelle ville.

Après avoir levé 17,5 millions d’euros, grâce à des business angels, des fonds d’investissements et l’entrée au capital de Xavier Niel le fondateur de Free, les fondateurs de Virtuo qui refusent de communiquer sur leurs résultats, espèrent atteindre la rentabilité d’ici mi 2019 ou début 2020. Un équilibre économique qui passe par la multiplication des ouvertures : les deux fondateurs de Virtuo visent cap des cent « agences » virtuelles en 2021.
Philippe Font

Sur la photo : Karim Kaddoura et Thibault Chassagne , les deux cofondateurs de Virtuo. Crédits : DR