ToulÉco

Publié le jeudi 31 janvier 2019 à 19h23min par Béatrice Girard

« Avec les élections de 2020, les professionnels des travaux publics vont manquer de visibilité »

Les grands travaux métropolitains et d’infrastructures routières dopent l’activité en Occitanie. Ainsi, à Toulouse, 70% de l’activité émane de la commande publique, comme l’explique Frédéric Charmasson, président délégué de la FRTP en charge de la délégation Pyrénées.

Quel est le bilan du secteur des travaux publics en 2018 ?
2018 aura été une bonne année avec une hausse de près de 5% du volume d’activité. Pour mémoire, la région Occitanie compte 2000 entreprises dans le secteur des travaux publics et 24.000 salariés permanents dont la moitié dans l’ancien territoire de Midi-Pyrénées. Ceci représente un chiffre d’affaires de 3,5 milliards d’euros et les effectifs salariés progressent sans cesse. Nous sommes en mode recrutement et avons même du mal à trouver la main d’oeuvre nécessaire.

Qu’est ce qui dope le marché ?
C’est sans surprise la dynamique des grands projets de mandature de la métropole toulousaine. Le projet du futur Parc des expositions qui va se terminer nous a beaucoup aidé, mais il y a aussi les ramblas jardins et les travaux de réhabilitation de l’hyper-centre. Dans notre secteur, 70% de l’activité émane de la commande publique, et 30% des maîtres d’ouvrages privés. Ces derniers ont aussi compté dans nos bonnes performances récentes. Les promoteurs immobiliers notamment grâce aux projets de Zac [1] qui nécessitent des travaux de voiries et VRD [2] et puis les industriels qui rénovent ou construisent de nouvelles infrastructures. Le Beluga XXL a par exemple nécessité des investissements importants.

Les perspectives pour 2019 sont-elles aussi optimistes ?
Nous avons de la visibilité sur le premier semestre de 2019 avec un niveau élevé de carnets de commande. La suite est cependant plus incertaine en particulier en raison des élections qui se profilent en 2020, car on sait que les périodes pré-électorales ne sont jamais de bonne augure pour notre secteur.
Heureusement nous comptons sur plusieurs projets pour nourrir notre activité à moyen terme. Notamment, l’enquête publique concernant la troisième ligne de métro devrait être déposée en février et démarrer cet été. Une fois validée, ceci pourrait se traduire par un démarrage des travaux début 2021 et je rappelle que ce projet de 2,3 milliards d’euros d’investissements devrait générer 1,8 milliard d’euros pour notre profession sur quatre ans. De même, les travaux de l’autoroute Toulouse-Castres, actés dans la loi d’orientation sur les mobilités (Lome) et qui nécessiteront 650 millions d’euros d’investissements, devraient démarrer en 2021. Enfin nous attendons que le plan d’aménagements routiers métropolitains (PARM) soit définitivement validé. Il se traduira par de bonnes perspectives.
Propos recueillis par Béatrice Girard

Sur la photo : Frédéric Charmasson, président délégué de la FRTP Occitanie en charge de la délégation Pyrénées. Crédits : DR

Notes

[1Zone d’aménagement concerté

[2Voirie et Réseaux Divers