ToulÉco

Publié le mardi 6 novembre 2018 à 19h11min par Julie Rimbert

Bouge ta boîte choisit Toulouse pour développer le business des entrepreneures

Destiné aux entrepreneures, professions libérales et conjointes collaboratives, Bouge ta boîte, le réseau business féminin national, s’implante à Toulouse. Il veut permettre aux femmes chefs d’entreprises de la Ville rose de se rencontrer afin de s’entraider dans le développement de leur (...)

Créer un écosystème business des entrepreneures pour accroître son chiffre d’affaires et propulser son activité. C’est l’ambition de Bouge ta boîte, le réseau business féminin national, qui vient de s’implanter à Toulouse. Destiné aux entrepreneures, professions libérales et conjointes collaboratives, ce réseau veut permettre aux femmes chefs d’entreprise de développer leur business, booster leurs résultats et leurs chiffres d’affaires.

La fondatrice de Bouge ta boîte, Marie Eloy, est partie du triste constat des chiffres de la part des femmes dans l’économie. 38% de femmes sont créatrices d’entreprises mais seulement 12% vivent correctement de leur activité. « Les femmes n’ont pas d’impact économique car c’est un monde où les codes des hommes dominent », analyse celle qui avait auparavant crée en 2014 le réseau collaboratif Femmes de Bretagne. Celui-ci avait en trois ans rassemblé 6400 membres dans cinq départements. « Il existe 500 réseaux de networking féminins en France mais aucun de business féminin ! L’idée, c’est de fédérer les femmes dynamiques pour faire bouger les lignes concrètement dans les chiffres d’affaires ».

Cercle de « bougeuse »

Dès la première réunion dans la Ville rose, une cinquantaine de femmes a répondu présent. Psychothérapeute, coach spécialisée dans le digital, naturopathe, ostéopathe, photographe, conseillère en décoration, notaire ou responsable d’une conciergerie… Les profils des entrepreneuses sont variés. Elles ont toutes pour point commun de vouloir imposer leur leadership, et de créer de nouvelles connections pour accroître leur activité. Bouge ta boîte fonctionne en cercle de dix à vingt « bougeuses », une seule par secteur d’activité, qui se réunissent tous les quinze jours en BougeUp pour présenter leur métier, réfléchir à leur activité et se recommander les unes aux autres. Chaque cercle est animée par une « boosteuse ».

« Ce n’est pas un réseau contre les hommes ou un endroit où l’on vivrait entre nous », assure Marie Eloy. « On veut juste être authentique, sans rouler des mécaniques, un réseau où chacune puisse s’identifier. C’est dans l’intérêt général de nous rendre visible en affichant notre juste valeur, notre juste prix et en se fixant des objectifs précis : cinq clients de plus cette semaine ou vingt prospections ». Dans ces réunions, chacune est au même niveau, avec le même temps de parole et d’écoute. Devenir bougeuse n’est pas gratuit : l’adhésion coûte 490 euros par an. La prochaine réunion de Bouge ta boîte à Toulouse est prévue le 9 novembre.
Julie Rimbert

Sur la photo : Marie Eloy, la fondatrice de Bouge ta boîte. Crédit : Pascal Rostain