ToulÉco

Publié le lundi 5 novembre 2018 à 20h30min par Armelle Parion

Avec le Comité Riquet, des entreprises s’unissent pour promouvoir l’art de vivre occitan

Issus de secteurs aussi divers que l’hôtellerie, l’artisanat, la gastronomie, ou les cosmétiques, douze entrepreneurs ont décidé de monter le Comité Riquet. Né en mai 2018, le club vise à rendre plus visibles les savoir-faire d’excellence de la région.

Les douze membres de ce club très select sont tous reconnus pour l’excellence de leurs produits ou de leurs services : l’abbaye de Fontfroide à Narbonne, Causse Gantier à Millau, le château de Pennautier et le château Villerambert, les Clavecins M.Argellies à Montpellier, la Forge de Laguiole, Graine de Pastel à Toulouse, l’hôtel de la Cité à Carcassonne, Les toiles du soleil à Perpignan, Nougalet à Luc-sur-Aude, Savannah Barge à Saint-Martin Lalande, et la Maison Tarbouriech à Marseillan. Michel Julien, à la tête du château Villerambert, a pris l’initiative de réunir ces entreprises. Quand il a repris la propriété viticole de son père, il a vendu les vignes et gardé le château pour en faire un lieu de réception haut de gamme.

Incarner l’excellence

Il a nommé Riquet, le comité qu’il préside désormais. « Cet homme avait une politique sociale avant-gardiste au XVIIe siècle. Son ouvrage, le Canal du Midi, est un trait d’union entre les deux anciennes régions qui forment l’Occitanie. Notre comité doit contribuer à repositionner la région au rang de rayonnement qu’elle mérite ».

La Forge de Laguiole, qui peine à attirer une main d’œuvre qualifiée dans l’Aveyron, a apprécié de pouvoir appartenir à une structure porteuse. « Contrairement à la Provence et à Paris, notre région n’est pas assez reconnue en matière d’art de vivre. Nous souhaitons faire connaître nos métiers, incarner l’excellence dans la région, et susciter des vocations », renchérit Miren de Lorgeril, la directrice du château de Pennautier et vice-présidente du comité Riquet.

Le club souhaite devenir un label. Parmi les valeurs principales de son cahier des charges, on trouve la qualité des matières premières et du résultat, la vision sur le long terme (au contraire du profit immédiat), le respect des métiers et des hommes.

Des actions communes

La poterie le Chêne vert, la marque de maroquinerie l’Uniform et les jeans Tuffery, sont dans le viseur pour rejoindre le Comité Riquet. Ouvert à tous les secteurs, le comité est cependant réservé concernant la viticulture et la restauration. Il prévoit de collaborer avec la région pour constituer « une vitrine de l’art de vivre » lors de salons à l’international, mais aussi d’exercer du lobbying auprès des pouvoirs publics sur des problématiques comme la formation. Il souhaite enfin réaliser des actions communes dès 2019. « Nous allons créer un prix du Comité Riquet pour attirer les pépites, et des Journées particulières, durant lesquelles nous ouvrirons nos entreprises aux visiteurs », explique Miren de Lorgeril. L’entrée au comité repose sur la cooptation.
Armelle Parion

Sur la photo : La Maison Tarbouriech à Marseillan fait partie des entreprises retenues dans le comité Riquet. Crédits : Hélène Ressayres - ToulÉco.