ToulÉco

Publié le mercredi 27 mars 2019 à 18h37min par Béatrice Girard

Comité ouvrier du logement : « L’habitat participatif est notre marque de fabrique »

Le Comité ouvrier du logement (Col), coopérative HLM engagée dans l’habitat participatif, et lauréate de l’îlot Lapujade dans le cadre de Dessine-moi Toulouse, s’implante à Toulouse. Imed Robanna, le directeur général, lève le voile sur ses futurs projets.

Imed Robanna, quel est le positionnement du Col que vous dirigez ?
Le Col est une coopérative HLM née en 1951 du mouvement de La cité des Castors de Saint Amand, à Bayonne. Notre siège social est toujours situé à Anglet, sur la côte Basque. Nous sommes spécialisés dans l’accession sociale et abordable. Nous gérons un patrimoine de 2200 logements dans Les Landes et le Pays Basque et nous produisons chaque année 300 logements en accession et 100 en locatif social. Le tout représente un chiffre d’affaires annuel de 35 millions d’euros. Jusqu’à présent, nous officiions exclusivement en Nouvelle-Aquitaine, mais nous avons obtenu une extension de compétence pour travailler en Occitanie, c’est pourquoi nous ouvrons une agence à Toulouse, et envisageons d’y produire 100 logements par an.

Vous vous revendiquez spécialiste de l’habitat participatif, expliquez-nous ?
L’habitat participatif est un vrai axe stratégique pour nous, c’est notre marque de fabrique et cela n’a rien d’expérimental. Notre objectif ce n’est pas seulement de construire des logements abordables, c’est d’accompagner les gens pour recréer des conditions de lien social et de vivre ensemble. Nous avons d’ailleurs livré ces deux dernières années quarante six logements participatifs à Bayonne avec le programme Terra Arte, trente neuf à Billère près de Pau, et comptons actuellement 400 logements participatifs en cours dans une quinzaine de projets à Bordeaux et bientôt Toulouse.

Quels sont vos projets pour la région toulousaine ?
Nous avons été choisis par Oppidéa pour construire vingt logements participatifs dans l’écoquartier Andromède en partenariat avec le groupe Patrimoine SA Languedocienne. Nous lançons aussi un programme mixte de quinze logements participatifs avec des espaces de travail en rez-de-chaussée à Fourquevaux. Pour ces deux projets les réunions d’information publiques démarrent en mars. Enfin nous espérons concrétiser trente logements participatifs dans une commune du Tarn.

Vous avez aussi été lauréat de « Dessine-moi Toulouse » avec un projet à Lapujade, de quoi s’agit-il ?
Il s’agit de la réhabilitation du cœur de quartier Lapujade à Toulouse dans lequel nous allons construire avec un promoteur privé soixante logements dont deux-tiers de logements sociaux et certains participatifs ainsi qu’un pôle d’économie sociale et solidaire, dans d’anciens bâtiments industriels. Il y aura un cinéma de quartier avec l’association La forêt électrique, un café- restaurant… L’idée est de créer un lieu de vie. Le planning prévisionnel est déjà calé et s’échelonne jusqu’en octobre 2026 car certains bâtiments seront démolis et d’autres réhabilités, le tout avec une large place laissée à la concertation. Notre prochain rendez-vous avec les élus est prévu en juin prochain.
Propos recueillis par Béatrice Girard.

Sur la photo : Imed Robanna, Directeur général du Col, spécialiste de l’habitat participatif, souhaite construire 100 logements par an dans la métropole toulousaine. Crédit DR.

P.S. :

Tous les jeudis, retrouvez l’actualité de l’Immobilier toulousain sur touleco.fr.

1 Commentaire

Répondre à cet article