ToulÉco

Publié le mardi 15 mai 2018 à 21h14min par Isabelle Meijers

Comment le Toulousain Uwinloc compte conquérir les Etats-Unis et la Chine

Occuper le marché mondial au plus vite. C’est la préoccupation de nombreuses start-up aux innovations de rupture. Seule solution, lever des fonds. Uwinloc s’engage dans la course avec 4,5 millions d’euros levés.

Uwinloc, créateur d’étiquettes de géolocalisation utilisées pour le suivi de larges stocks, vient de lever 4,5 millions d’euros pour accélérer son développement international sur deux marché clés, en Amérique du Nord et en Chine. « Nous sommes les premiers à développer ce type de solution ultrabasse consommation, sans pile donc sans contrainte de taille ou de maintenance, et sans recours à la technologie RFID qui nécessite un portique de détection de passage du produit », explique Eric Cariou, PDG de Uwinloc et cofondateur avec Jan Mennekens. « Cet avantage concurrentiel doit donc s’accompagner d’une accélération de notre implantation internationale. »

La course à la taille critique est engagée. Arrangé par Elaia Partners avec trois fonds additionnels, ACE Management, Galia Gestion et M-Capital Partners, ce tour de table réalisé en trois mois devrait permettre à Uwinloc d’ouvrir deux filiales d’ici 2019, l’une aux États-Unis avec des représentations à Los Angeles et Atlanta, et l’autre en Chine, à Shanghai ou Shenzhen.

Démarrage de l’industrialisation

La start-up de quarante collaborateurs avait déjà réalisé une levée de fonds de 920.000 euros en décembre 2017 auprès de business angels et déjà auprès des fonds ACE Management et M-Capital Partners. Créé en 2015, Uwinloc a d’abord été hébergé au sein de l’Airbus BizLab avant de déménager dans un bâtiment de 1000 m2 à Toulouse Blagnac en mars 2018.

Pendant ses premières années, la start-up a misé sur la R&D concentrant la moitié de ses effectifs. Elle a déposé cinq brevets internationaux (cinq autres sont en cours) pour protéger son innovation de rupture. La phase d’industrialisation de ses étiquettes, qui s’appuie sur un réseau de fournisseurs spécialisés, commence tout juste depuis deux mois.

D’autres levées de fonds en perspective

« Nous comptons près de trente-six clients, dont de gros acteurs de l’industrie aéronautique et de la logistique en Europe et aux Etats-Unis. Les premiers contrats avec la Chine viennent d’être signés. Nous tablons sur une production de plusieurs dizaines de milliers d’étiquettes dès 2018 pour un chiffre d’affaires prévisionnel de 5 millions d’euros », détaille Eric Cariou.

Les effectifs de Uwinloc devraient doubler d’ici deux ans avant une nouvelle levée de fonds série B voire une introduction en bourse en 2021. « Nous construisons une société de renommée internationale », résume Eric Cariou.
Isabelle Meijers

Sur la photo : Eric Cariou, PDG de Uwinloc, prévoit de realiser 40% de son chiffre d’affaires à l’export en 2019. Credits : Uwinloc.

6 Commentaires

  • Le 16 mai à 07:45 , par Bernard Genot

    Dommage ,les 3 brevets deja publiés sont anteriorisés de quelques mois par des chinois et des anglais
    et rupture ,pas vraiment , puisque c’est de la triangulation doublé du principe bien connu des rfid dont certains tirent leur energie des ondes environnantes
    c’est vrai que fasse à des business angels qui n’y connaissent rien en techno ,ne lisent jamais les brevets , on a tout interet à embellir la mariée .

    • Le 16 mai à 17:42, par Marie COLLARD

      M. Genot,

      Sans vous connaître nous sommes surpris de votre analyse et flattés par l’intérêt que vous portez à notre société. Notre technologie étant réellement de rupture, nous vous invitons à prendre contact avec nous afin d’échanger sur ces sujets en toute confidentialité.
      Dr Marie Collard
      Head of Legal & IP Dep.

      0033 (0)7 77 37 81 85
      Marie.collard@uwinloc.com

      Signaler ce message

      Répondre à ce message

  • Le 18 mai à 10:53 , par Gérard Fabot

    il me semble étrange de complémenter maintenant votre offre « de rupture » (sans batterie) avec une solution classique basée sur des beacons alimentés par des batteries…. c’est un vrai retour en arrière.

    • Le 18 mai à 18:18, par Eric CARIOU

      Bonjour Mr Fabot et merci pour l’intérêt que vous portez à notre solution. Je ne comprends malheureusement pas votre commentaire car vous mentionnez des beacons sur batteries…et ce n’est pas notre approche. Il doit y avoir une incomprehension quelque part et vous invite à me contacter si vous souhaitez en savoir plus sur notre solution. Vous pouvez me joindre par mail en laissant vos coordonnées téléphoniques sur info@uwinloc.com en indiquant à l’attention de Mr Cariou. Je vous recontacterai dans la foulée. Bien cordialement, Eric CARIOU - CEO

      Signaler ce message

      Répondre à ce message

  • Le 22 mai à 12:09 , par Laurent Bariojwky

    Bravo pour cette belle levée ! Heureux de voir des sociétés françaises (et toulousaines !!) qui se développent, recrutent et sont prêtes à conquérir des marchés à l’international ! En espérant vous croiser prochainement sur des salons et conférences.

  • Le 23 mai à 14:03 , par UWINLOC

    Bonjour Laurent,

    Merci pour votre commentaire ; nous sommes très contents d’avoir le soutien de notre région ! Cela serait avec plaisir de vous rencontrer au prochain salon. Nous vous invitons de nous contacter directement à info@uwinloc.com ou via les réseaux sociaux.

Répondre à cet article