ToulÉco

Publié le mardi 25 décembre 2018 à 19h00min par Audrey Sommazi

Primark ouvre ses portes à Toulouse et bouscule Zara et H&M

article diffusé le 15 octobre 2018

Après Zara et H&M, et avant Uniqlo, l’enseigne textile s’invite dans le centre-ville de Toulouse pour s’imposer sur le marché concurrentiel du prêt-à-porter à bas prix.

L’ouverture de Primark ne passe pas inaperçue. Maintes annoncée depuis plusieurs années, elle a été retardée régulièrement. Désormais elle est actée. Après des mois de travaux, Primark ouvre (enfin) les portes de son magasin toulousain le mercredi 17 octobre, à 10 heures tapantes, rue Rémusat, à Toulouse.

En choisissant de s’implanter dans le bâtiment historique qui a précédemment accueilli les grands magasins Au Capitole et, plus récemment, les Galeries Lafayette, l’enseigne irlandaise de textile, filiale du groupe Associated British Foods, frappe fort. Très offensive, sa stratégie repose sur des chiffres qui frôlent la démesure : quatre niveaux sur 7500 m² de surface, quatre-vingt-dix-neuf cabines d’essayage, quatre-vingt-sept caisses, six espaces détente et 300 emplois crées, déjà pourvus. Même la décoration est soignée : vitres colorées et un escalier sur-mesure provenant du design original du bâtiment.

Primark fait de sa boutique toulousaine son vaisseau amiral en France, soignant son image pour ravir des parts de marchés à ses deux principaux concurrents déjà bien installés, H&M et Zara. L’enseigne prend aussi de l’avance sur Uniqlo. Le géant textile à bas prix nippon doit emménager rue du Poids-de-l’huile, dans les anciens locaux de Fram.

Une ascension fulgurante en France

Le groupe Primak, fondé en 1969 à Dublin, exploite 360 magasins dans onze pays et emploie 75.000 personnes. En 2013, il est parti à l’assaut du marché français avec l’ouverture d’un premier magasin à Marseille. En six ans, ce géant du textile low-cost compte déjà treize magasins, Toulouse étant le quatorzième, pour un chiffre d’affaires de plus de 530 millions d’euros en 2017. Son modèle ? Des vêtements pour femmes, hommes et enfants, des accessoires et articles de décoration fabriqués en volumes massifs depuis les pays asiatiques, dont la Chine.

Le groupe devrait poursuivre son développement en France. Car il réfléchirait à une ouverture éventuelle à Perpignan en 2019, selon le quotidien l’Indépendant, dans les locaux laissés vacants par la Fnac aux Dames de France. Quant à un éventuel deuxième magasin à Toulouse, ou en banlieue, la réponse est ferme. « Nous n’avons actuellement pas de projet d’ouverture d’un second magasin dans cette ville », affirme Christine Loizy, la directrice générale Primark France.
Audrey Sommazi

Sur la photo : Christine Loizy, directrice générale Primark France. Crédits : Primark.