ToulÉco

Publié le jeudi 22 novembre 2018 à 19h06min par Audrey Sommazi

Depuis Toulouse, Mozzareine fabrique les fromages italiens à la sauce occitane

Deux anciens cadres aéronautiques italiens se sont associés pour créer Mozzareine. L’entreprise fabrique des fromages italiens en circuit court pour le marché des professionnels de la région.

Produire de la mozzarella, de la ricotta, du fior di latte, du cacio ou encore de la burrata à partir de lait de vache originaire du Tarn. Tel est le credo sur lequel Mozzareine est fondé. En se positionnant ainsi, la société s’inscrit dans un secteur encore inexploré. « Notre modèle économique est le circuit court », affirme Antonio Caliendo, co- associé. « Nous travaillons avec des producteurs locaux et nous testons le lait de bufflonne en provenance du Cantal ». Et il ajoute : « Hors Italie, ce modèle n’existe pas. Les fromages italiens sont exportés. Mais les transports stressent la mozzarella et impactent sa qualité ».

Les deux Napolitains Antonio Coppola et Antonio Caliendo, qui ont fait la même école d’ingénieur en Italie avant de se retrouver par hasard chez Airbus à Toulouse en tant que consultants, décident d’y remédier, en élaborant eux-mêmes des formages italiens de qualité à partir d’un savoir-faire familial. « Une partie de ma famille, installée sur la côte amalfitaine, est fromagère. Depuis que je suis petit, je donne des coups de main lors des vacances scolaires », assure Antonio Caliendo.
Fort de cette expérience et des premiers tests réussis, les cadres aéronautiques changent radicalement de vie et installent leur entreprise en France, pays du fromage et de la gastronomie, et à Toulouse particulièrement pour sa croissance démographique et l’opportunité.

Site web et boutique

Car accompagné par Toulouse Métropole, au travers de son dispositif Invest in Toulouse, et Haute-Garonne Initiative sous la forme d’un prêt d’honneur de 23.000 euros, les deux amis associés ont injecté 400.000 euros dans un atelier de production de 415 m² situé sur zone industrielle de Garossos à Beauzelle. « Notre outil industriel est semi-automatisé. Ce qui signifie qu’en dessous de 100 kilos, la mozzarella, est faite à la main, de façon artisanale ; au dessus, par une machine », précise Antonio Coppola.

Depuis le lancement de l’activité, en octobre, Mozzareine a produit 500 kilos de fromages italiens, essentiellement de la mozzarella, pour le secteur des professionnels de la restauration installés en Occitanie. Un site web marchand doit compléter cette offre pour les particuliers et une boutique devrait ouvrir ses portes dans un second temps, probablement au centre de Toulouse. « L’idée est de développer notre concept en franchise », ajoute Antonio Coppola.
Audrey Sommazi

Sur la photo, Antonio Caliendo et Antonio Coppola, les deux associés. Crédits : Hélène Ressayres -ToulÉco