ToulÉco

Publié le mercredi 6 novembre 2019 à 20h29min par Valérie Ravinet

Crossfit : Dans le sillage de l’Amérique

Pratiqué par de plus en plus d’adeptes en France, le Crossfit creuse son sillon en Occitanie avec un nombre croissant de salles à Toulouse et à Montpellier.

Contraction de cross et de fitness, le crossfit combine athlétisme, musculation, gymnastique, cardio, endurance et haltérophilie à une alimentation saine. En à peine dix ans, le crossfit a supplanté les salles de gymnastique traditionnelles, avec des salles dédiées (des box dans le jargon), qui poussent comme des champignons. Toulouse en compte déjà une quinzaine, Montpellier une demi-douzaine et il s’en créerait en moyenne une par semaine sur le territoire national.

Il puise dans les mouvements de la vie quotidienne qui deviennent prétexte à activité sportive, prône la qualité de l’alimentation, pour servir une bonne forme physique et au-delà, une bonne santé. Un argument qui explique son essor aux États-Unis, où « faute de soins gratuits, les gens prennent leur santé en main et fait écho, en Europe, aux attentes en faveur d’un mode de vie plus responsable et équilibré », pour Nicolas Marfaing, gérant de Galiléô La Box, à Toulouse.

Marque commerciale protégée, la maison mère Crossfit Games, aux États-Unis, veille jalousement au grain. « Pour revendiquer le nom, une salle doit disposer d’au moins un coach titulaire du " level one ", qu’elle seule est en mesure de délivrer », précise le gérant. L’enjeu économique n’est pas mince pour les salles, dont l’abonnement mensuel moyen est de l’ordre de 75 euros par mois. Un tarif qui ne rebute pas les adeptes. De 1700 en 2010, le crossfit serait aujourd’hui pratiqué par plus de 200.000 disciples, au niveau national.
N.S. avec V.R.

P.S. :

Retrouvez ce dossier dans son intégralité dans notre numéro de ToulÉco le mag.