ToulÉco

Publié le lundi 6 novembre 2017 à 20h49min par Philippe Font

Depuis Toulouse, La Carafe veut servir le vin à bonne température

La Carafe est née de l’imagination d’Anthony Boule, un Toulousain qui regrettait de ne pas pouvoir déguster un vin à bonne température. Après plusieurs années de mise au point, La Carafe pourrait débarquer sur les bonnes tables en 2018.

Déguster un vin à la bonne température quelque soit la bouteille choisie ? C’est le pari lancé par Anthony Boule et des amis il y a huit ans, lors d’une soirée dans un restaurant toulousain autour d’une bouteille de vin jugée trop chaude ! Six mois plus tard, le concept de La Carafe naissait. « C’est le fruit d’un travail collectif », souligne Anthony Boule, diplômé de l’IAE à UT1 Capitole et qui travaillait comme responsable marketing dans une grande société toulousaine.

Pour son projet il collabore avec une équipe d’une dizaine de personnes en charge de la communication, de l’expertise en vin et du graphisme. Le concept ? La Carafe fonctionne sur batterie, compte 80% d’électronique et 20% de verre, et peut mettre à température un vin entre 6 et 20 degrés en dix ou quinze minutes. Une précision au degré près qui a séduit de nombreux sommeliers lors de tests à l’aveugle.

Les premières carafes en 2018 }}}

Après plusieurs mois d’essais dans le cadre du programme Cap’Tronic, financé par l’État, Anthony Boule étudie l’intégration de solutions électroniques et de logiciel embarqué. Puis il confie la partie design industriel à la société Blanc Tailleur basée à Labège. D’ailleurs, 80% de la fabrication sera confiée à des sociétés installées dans le sud de la France ou en Occitanie.

Après un début de campagne de crowdfunding de 15.000 euros sur le site Ulule, le projet a finalement été repéré par des investisseurs qui a permis à la société St Claude créée par Anthony Boule d’opérer une levée de fonds de plusieurs centaines de milliers d’euros actuellement en cours. L’objectif est pour le créateur de La Carafe de passer à la phase industrielle d’ici à fin 2017 et de sortir les premiers produits en 2018.

« On espère atteindre 30.000 ou 40.000 exemplaires en 2019 en visant le marché français, mais aussi celui des États-Unis. Si on rajoute une quinzaine d’autres pays amateurs de vin, cela représente un potentiel de plusieurs millions de consommateurs ». Avec un chiffre d’affaires estimé à près de 4 millions d’euros dès le deuxième exercice, La Carafe vise un marché haut de gamme : chaque produit est vendu 249 euros l’unité.
Philippe Font

Sur la photo : Anthony Boule, concepteur de la Carafe - Photo DR