ToulÉco

Publié le mercredi 11 juillet 2018 à 18h09min par Audrey Sommazi

Aux portes de Toulouse, Terre de pastel franchit un cap dans son développement

En cinq ans d’existence, le groupe Terre de pastel a trouvé son modèle économique et prévoit de déployer ses activités en France ainsi qu’à l’international.

Tout est parti d’une feuille blanche, aime à rappeler Jean-Jacques Germain, fondateur et investisseur dans Terre de pastel. Il y a cinq ans naissait cette entreprise qui aujourd’hui est structurée. « C’est une date anniversaire qui compte. Elle prouve que notre concept global dédié entièrement au pastel est bon et qu’il réussit à séduire notre clientèle », indique Sandrine Banessy, cofondatrice et associée.

Avec une vingtaine de collaborateurs, celle qui pèse 1,3 million d’euros de chiffre d’affaires s’est invitée dans différents secteurs regroupés sur un unique lieu à Labège (Haute-Garonne) : la culture avec un muséum, la mode avec une collection de linges teintés et imprimés et la décoration. Ainsi que le bien-être. D’ailleurs, Terre de pastel affiche de bons résultats grâce à son spa, puisque ce dernier, locomotive du groupe, a permis d’engranger 740.000 euros de chiffre d’affaires.

Pour encourager, et conforter, cette réussite, cet espace a connu un premier agrandissement de 850 m² en décembre 2017 au détriment du restaurant qui a dû fermer ses portes. Une nouvelle augmentation de sa surface est prévue. Et, cette fois-ci, c’est le musée qui fermera boutique. Il déménagera dans la Ferme du pastel. Ce lieu de 600 m² encore au stade de projet implanté sur le territoire d’Enova, ex Innopole, à dix minutes du siège, accueillera le public fin 2019.

Premiers pas à l’international

Au fil des ans, le groupe a mis au point une gamme cosmétique éco-responsable, issue de son propre champ de pastel situé à Beaumont-sur-Lèze (Haute-Garonne). Une dizaine de produits est déjà commercialisée sous la marque Bleu par Nature et une dizaine d’autres, dont une gamme bio, devrait être dans les rayons en 2019.

Terre de pastel qui vise un objectif de 5000 produits vendus d’ici trois ans, mise sur la multiplication des canaux de vente. Outre un e-shop, il envisage de construire un second spa en 2020 au nord de la ville rose, ouvrir quatre boutiques en France et partir à la conquête des capitales européennes (Londres et Madrid) puis des Etats-Unis. Outre-Atlantique, Terre de Pastel veut se positionner dans la Silicon Valley, New-York ou encore Portland.
Audrey Sommazi

Sur les photos :
En haut : Sandrine Banessy, cofondatrice et associée, aux côtés de l’investisseur et dirigeant Jean-Jacques Germain dans le champ qu’exploite Terre de pastel à Labège. Crédits A.S. - ToulÉco
En bas : la teinture du bleu de Pastel. Photo Rémy Gabalda - ToulÉco