ToulÉco

Publié le mercredi 2 mai 2018 à 19h22min par Agnès Fremiot

Depuis Toulouse, le chef d’orchestre Pierre Bleuse lance un incubateur dédié aux jeunes musiciens

Inédit : les ensembles musicaux auront bientôt un incubateur pour répondre à leurs problématiques, avec en point de mire l’intégration professionnelle des jeunes musiciens.

Tandis que Musika Orchestra Academy en est à sa quatrième année, une autre initiative est en train d’être mise en place par le chef d’orchestre Pierre Bleuse et tout l’équipe du projet, Musika inKubateur. Les deux idées ont le même objectif : l’insertion professionnelle des musiciens débutants. « Nous avons cherché avec Musika Orchestra Academy à créer des liens entre l’univers de la culture et l’entreprise, tout en préparant ces jeunes à leur avenir », explique Benjamin Teillard, le co-fondateur et responsable du développement de l’association.

Depuis quatre ans, Musika Orchestra Academy permet à une centaine de jeunes interprètes de profiter d’une résidence exceptionnelle en étant coachés par les artistes de renommée internationale et des musiciens de l’orchestre du Capitole. Cette démarche s’est soldée par un grand concert organisé le 4 mars à la Halle aux Grains. « Notre objectif est de proposer à l’avenir plusieurs sessions avec non seulement un orchestre symphonique, mais aussi de la musique de chambre ou de l’opéra. Nous avons déjà plusieurs partenaires pour ce projet, à qui nous proposons des prestations en fonction de leurs moyens et de leurs besoins. » Pour aller au delà de cette démarche, Musika Inkubateur verra le jour cette année.

Un soutien logistique et humain

Ses services s’adressent à ceux qui souhaitent s’orienter dans une autre voie que la musique d’orchestre et qui voudraient créer des ensembles de musique de chambre (duo, quartet, quintet…). « Comme une entreprise qui se lance, ils ont des besoins matériels pour démarrer. Nous allons les aider notamment sur le plan logistique en leur fournissant des pupitres ou en mettant à leur disposition un studio d’enregistrement », note Benjamin Teillard.

Cet incubateur les accompagnera également dans leur communication et les conseillera pour aller à la rencontre du monde économique. « Comme dans un incubateur traditionnel, ils pourront aussi y partager leur expérience. Notre objectif avec cette idée est d’infléchir les freins et les obstacles qui se dressent dans ces parcours particuliers. Nous souhaitons à terme que les programmateurs puissent faire appel à ces ensembles et presque jouer le rôle d’un agent pour eux. »

Une sélection par un comité artistique et entrepreneurial

Cette entité ne sera pas physique, mais une sélection des projets aura quand même lieu, afin de retenir pour la première session trois ou quatre ensembles. Les personnes intéressées pourront candidater en ligne sur une plateforme créée à cet effet. Un jury composé d’entreprises et d’artistes sélectionnera les futurs incubés pour une durée d’un an renouvelable. La Banque Populaire Occitane est l’unique partenaire économique de ce projet, auquel elle a déjà collaboré en investissant dans le matériel.
Agnès Frémiot

Sur la photo : Le chef d’orchestre Pierre Bleuse est à l’origine des projets Musika Orchestra et Musika inKubateur. Photo : DR