ToulÉco

Publié le lundi 9 janvier 2017 à 21h45min par Agnès Fremiot

Depuis l’Iot Valley, Pangée adapte le leasing aux nouveaux marchés

Hébergée à l’Iot Valley, la start-up Pangée souhaite appliquer le modèle de la location de longue durée à des marchés inédits (optique, cycle, objets connectés, etc.). Sûre de son concept, la société prévoit de recruter vingt personnes en 2017.

Issus de « vieux métiers », l’assurance et la banque, les deux créateurs de la start-up Pangée ont décidé d’appliquer le modèle de la location longue durée ou leasing à de nouveaux marchés. Il ont réalisé leur preuve de concept sur celui des vélos avec Lizbike, leur première marque. Aujourd’hui, quatre-vingt magasins de cycles en France ont intégré leur solution. « Elle est basée sur l’idée du regroupement de services », expliquent Julien Guiraud et Stéphane Jakubyszin, les deux présidents de Pangée. « Nous mettons à la disposition des distributeurs notre plateforme sur iPad, qui leur permet de proposer au client final une solution de paiement incluant le vélo choisi, des accessoires associés, un pack de révisions mais aussi une assurance. Les commerçants touchent directement le montant de la vente, ce qui assure leur trésorerie, et les clients repartent avec un vélo contre un apport de départ modique et des loyers mensuels. » Lizbike devrait être déployé dès le début de l’année 2017 en Belgique. Puis l’objectif est d’attaquer l’Europe.

Un déploiement en B to B to C ou en marque blanche

Les services de la société ne se limitent pas à ce seul marché. Après les vélos, Pangée souhaite s’intéresser à la puériculture, au bricolage, à l’optique, ou aux objets connectés avec différentes entités dédiées (Babyliz, Bricoliz, Lizoptic, ou Connectliz). « Nous avons l’avantage de pouvoir proposer des solutions de paiement à partir de 50 euros, soit de petits tickets, que les autres acteurs ne savent pas financer », signalent Julien Guiraud et Stéphane Jakubyszin.

Pour chacun de ses secteurs, la start-up met en avant l’expérience client avec les services associés à l’objet, « typiquement un objet connecté, plutôt qu’un baby-phone pour la puériculture. » Le modèle économique de la société est basé sur un modèle de location de l’application, et une commission sur une partie des flux financiers générés par les assurances à chaque vente. Les services de Pangée se déploient en B to B to C, mais aussi en marque blanche en B to B.

L’entreprise a commencé à se développer chez At Home avant de rejoindre l’IoT Valley. « Grâce à cet hébergement, nous avons pu accélérer de manière significative notre activité en rencontrant des grands comptes. » La société ne communique d’ailleurs pas sur ses chiffres, mais affiche sa confiance. « Nous avons quadruplé notre activité en un an. Nous avons réussi à nous développer sans levée de fonds en étant rentable. Nous réfléchissons à en faire une, pour accélérer d’un coup notre croissance et maintenir notre avance sur un marché qui va exploser », prévoient les deux associés. Ce qu’ils indiquent simplement, c’est leur volonté de recruter une vingtaine de personnes en 2017.
Agnès Frémiot

Sur la photo : L’équipe de la dynamique start-up Pangée. Crédits : Hélène Ressayres ToulÉco.