ToulÉco

Publié le mercredi 8 novembre 2017 à 22h09min par Isabelle Meijers

Depuis le Gers, le laboratoire Odost soigne les dents du monde entier

Seul dentifrice bio vendu en pharmacie, Buccotherm entame sa conquête internationale. La petite marque du laboratoire gersois Odost bénéficie du capital qualité nature et made in France.

La marque Buccotherm, développée par le laboratoire Odost, trace son sillon à l’international. Sa gamme premium d’une douzaine de produits buccodentaires (dentifrices, bains de bouche ou spray), fabriqués à partir de l’eau thermale de Castéra-Verduzan dans le Gers, et labellisés bio, est déjà présente dans les officines de vingt-cinq pays. « Notre première zone d’export est l’Asie avec la Chine, Taïwan et le Japon. Le made in France, à base d’une eau thermale reconnue scientifiquement pour ses propriétés buccodentaires, est un atout qualité qui se vend bien », détaille Roland Lascombes, PDG du laboratoire Odost, créé en 1998 par son père pharmacien.

Bientôt 60% de l’activité à l’export

La montée en puissance sur le continent américain, avec le Mexique, les Etats-Unis et le Brésil, est en cours de finalisation et des accords dans les pays voisins tels l’Autriche, la Suisse, l’Allemagne ou l’Angleterre devraient suivre. Dernière prise de taille pour Sara Mayor, recrutée il y a un peu plus d’une année pour doper le développement, un contrat conclu avec un laboratoire distributeur leader en Espagne, dont le nom est encore tenu confidentiel. Il doit permettre d’irriguer le marché ibérique à partir de janvier 2018. Cette conquête internationale devrait amener le laboratoire gersois à un chiffre d’affaires de 5 à 6 millions d’euros d’ici trois ans, dont 60% à l’export, contre 3,2 millions d’euros en 2017.

Les Laboratoires Pierre Fabre partenaires

Les Laboratoires Pierre Fabre, numéro un dentaire dans l’hexagone en pharmacie avec leur filiale Oral Care, ne se sont pas trompés dans la capacité d’Odost à capter ce marché de niche buccodentaire haut de gamme. Un partenariat de distribution exclusive en officines sur le territoire français des produits Buccotherm par Pierre Fabre a pris effet en mai dernier. « Ce contrat est un accord gagnant-gagnant pour nos deux laboratoires. Il nous permet de bénéficier de la force de frappe commerciale de Pierre Fabre de plus d’une centaine de personnes et d’une quarantaine de délégués médicaux dentaires auprès des pharmacies. Pour Pierre Fabre, il complète leur offre premium », explique Roland Lascombes.

Une fabrication exclusive à Castéra-Verduzan

L’usine de fabrication d’Odost de 2000 m² à Castéra-Verduzan, directement reliée à la source d’eau thermale, emploie une quinzaine de salariés et produit 7 millions d’unités à l’année. Pour assurer la montée en cadence de production, près de 700.000 euros ont été investis dans les équipements en deux années. « Lorsque mon père a créé la marque en 1998, le bio et les ingrédients naturels n’étaient pas vraiment tendance. Je dois admettre qu’il a été visionnaire en exploitant les bienfaits de cette eau thermale », reconnaît Roland Lascombes.
Isabelle Meijers

Sur la photo : Roland Lascombes, PDG du laboratoire Odost, vante les vertus buccodentaires de l’eau thermale de Castéra-Verduzan, ses oligoéléments, son PH basique et son taux d’oxygène, contre les gingivites . Crédits : Hélène Ressayres - ToulÉco

Sara Mayor, la femme derrière la dynamique internationale d’Odost

Sara Mayor, responsable Business Development du Laboratoire Odost depuis une année, a reçu le prix Femme à l’International des Trophées Les Femmes de l’Economie Occitanie 2017. Originaire du pays basque espagnol, elle a déjà mené un parcours international. Etudes de droit et d’économie à Bilbao, MBA croisé en France, Angleterre et Espagne avant d’occuper des postes européens de marketing chez Arc International (art de la table) et Sony. « Je recherchais une structure plus humaine, comme Odost, où je suis confrontée à beaucoup de responsabilités, à la fois dans la négociation de contrats, les commandes clients et bien sûr la prospection à l’export, mon activité phare », explique la jeune femme de 37 ans.
Crédit photo : DR