ToulÉco

Publié le lundi 8 avril 2019 à 17h49min par Valérie Ravinet

Emmanuelle Garnier « Refaire communauté dans une ambiance pacifiée »

Professeure des universités au département d’études hispaniques, Emmanuelle Garnier est devenue, après les élections de novembre dernier, la nouvelle présidente de l’université Jean-Jaurès. Elle fait le point sur la situation de l’université, ses projets et ses objectifs

Emmanuelle Garnier, dans quel état avez-vous trouvé l’université ?
Elle a connu l’an dernier une crise sans précédent. Des dialogues rompus, une mise sous tutelle de l’État, une administration provisoire, des dégâts physiques et humains… Notre communauté universitaire a été mise à rude épreuve, mais nous partageons tous aujourd’hui un vrai désir de retrouver un climat paisible et une dynamique constructive. La bonne tenue du processus électoral et le retour à un fonctionnement normal de nos instances sont des signes heureux pour l’établissement.

Pourquoi vous être lancée dans ce projet ?
J’ai un long passé dans cette université, j’y ai pris de nombreuses responsabilités pédagogiques et politiques, avec, à chaque étape le désir de comprendre où se trouvaient les leviers pour faire avancer les dossiers et apporter les bonnes réponses. Sollicitée, j’ai accepté de présenter ma candidature, tout en mesurant l’ampleur de la tâche.

Deux mois après avoir pris vos fonctions, où en êtes-vous ?
Nous avons commencé par nous atteler à la question du budget 2019, qui a pu être voté fin décembre, grâce à la préparation de l’administration provisoire. C’est une performance ! Le second dossier majeur a concerné la campagne d’emplois, suspendue en 2018. Quatre postes viennent d’être créés. C’est un signal très positif de la part du ministère de l’Enseignement supérieur et de la
Recherche. Le dialogue est renoué et j’en suis heureuse.

Quelles priorités vous êtes-vous fixées pour ce mandat ?
Notre objectif est de placer le dialogue et la concertation au cœur du projet de notre établissement. Nous souhaitons construire et conduire le projet collectivement, collégialement, pour refaire communauté dans une ambiance pacifiée. Nous avons aussi bien sûr d’autres ambitions autour du projet d’établissement, dont celle de mener une politique pédagogique attractive, en phase avec l’esprit humaniste de l’université. La maquette de l’offre de formation est en cours de révision. Au niveau de l’Université fédérale, nous avons retrouvé notre place et sommes mobilisés pour mener des projets exploratoires. En matière de recherche, nous renouons le dialogue pour remettre en route des projets qui avaient été suspendus, tout comme au niveau international. Malgré les difficultés, la machine ne s’est pas arrêtée, le travail a continué. Notre rôle sera de rendre visible tous les trésors que contient notre établissement et dont nous sommes fiers.
Propos recueillis par Valérie Ravinet

Sur la photo : Emmanuelle Garnier, la nouvelle présidente de l’université Jean-Jaurès. Crédits : Hélène Ressayres - ToulÉco