ToulÉco

Publié le dimanche 5 mai 2019 à 19h11min par Audrey Sommazi

Aérospatiale : un secteur en pleine forme, mais freiné dans sa croissance

La filière aéronautique et spatiale poursuit sa lancée. Mais dans sa dernière étude, l’Insee constate des tensions dans les embauches. Elle relève aussi que tous les secteurs ne sont pas égaux face à la croissance.

L’Allemagne a l’automobile. La France, Airbus. Après le luxe, l’aéronautique est le secteur d’excellence de l’économie française. "En 2018, quatre milliards de passagers ont pris l’avion. Il s’agit d’un record. Et pour la seule journée du 29 juin, 19.000 vols ont été enregistrés", rappelle Fabienne Le Hellaye, directrice régionale de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) Nouvelle-Aquitaine. "Quand la filière aéronautique connait une crise, cela se voit dans le PIB ( de la France, NDRL). Nous y sommes très attentifs", poursuit-elle.

Mais que l’on se rassure, le ciel ne s’assombrit pas pour la filière. Pour réaliser son étude annuelle publiée mi-avril, l’institut a interrogé 2000 entreprises du secteur du grand sud-ouest qui emploient 146.000 salariés. En 2017, l’industrie, avec en tête la construction suivie de la métallurgie, reste le premier employeur avec 95.000 personnes. Le tertiaire arrive en deuxième position avec 50.000 emplois, dont 30.000 dans l’ingénierie. La Haute-Garonne, département qui accueille constructeurs, équipementiers et sous-traitants, concentre à elle seule 63% de l’effectif ; la Gironde, 11%.

Une croissance et des contraintes

Parmi les entreprises recensées, 1100 sont des fournisseurs et des sous-traitants. L’emploi est signe de leur dynamisme. La chaîne d’approvisionnement totalise à elle seule les 3200 emplois créées en 2017 sur les 3900. Et, elle réalise 5,4% du chiffre d’affaires, soit 13,9 milliard d’euros. Mais, ce chiffre est en recul par rapport à 2016 (+8,2 %). "La croissance est ralentie mais les niveaux restent élevés. On ne peut pas parler de crise », tempère Lionel Doisneau, chef du service économie à l’Insee Occitanie.

Dans le même temps, note l’institut, cette croissance est source de contraintes. Déjà, 45% des entreprises interrogées ont rencontré des difficultés pour recruter des employés ; 29 % d’entre elles des cadres. « La croissance est limitée par le problème du recrutement », affirme Yann Barbaux, président d’Aerospace Valley. « Et c’est un sujet de préoccupation. Il s’agit d’un besoin à satisfaire immédiatement en trouvant des moyens pour former des gens ».
Ensuite, ces sous-traitants et fournisseurs réclament une meilleure planification des cadences de production de la part des donneurs d’ordre pour gagner en visibilité.

« Ce ralentissement est temporaire au regard des prévisions qui sont positives en 2018 », ajoute pour sa part Véronique Decret, chargée d’études à l’Insee Nouvelle-Aquitaine.
En effet, l’Insee constate une accélération de la croissance en décembre dernier : 87% des capacités de production sont mobilisées et la maintenance est en surchauffe. Cette dynamique n’est cependant pas partagée par les sociétés d’ingénierie, qui constatent un « net recul » des commandes aéronautiques en raison de l’absence de nouveaux programmes.
Audrey Sommazi

Sur la photo : L’avenir de la filière, en croissance à la fin de l’année, s’inscrit notamment avec l’A350. Ici, le premier A350 pour la compagnie Japan Airlines dans les ateliers de peinture à Toulouse. Crédit Airbus.

P.S. :

Tous les lundis, retrouvez l’actualité de l’aéronautique régionale sur touleco.fr.