ToulÉco

Publié le jeudi 13 septembre 2018 à 18h26min par Philippe Font

Joseph Carles : « Enedis doit changer sa méthode concernant l’installation des compteurs Linky »

En milieu de semaine, le tribunal administratif de Toulouse a suspendu l’arrêté municipal interdisant la pose de compteurs Linky mais a confirmé deux aspects du texte sur le refus d’accès aux logements et la protection des données. La réaction de Joseph Carles, maire de (...)

Joseph Carles, pourquoi avoir pris un arrêté municipal contre les compteurs Linky ?
Que les choses soient claires, je n’ai rien contre Linky ou Enedis, je me suis attaqué à la méthode mise en place par Enedis ! Après avoir reçu des centaines de plaintes par téléphone ou par mail des habitants de Blagnac, j’ai pris un nouvel arrêté municipal en date du 12 septembre modifiant celui du 16 mai qui rappelle que les usagers « peuvent refuser l’accès à leur logement ou propriété » et « refuser que les données collectées soient transmises à des tiers partenaires commerciaux de l’opérateur ». Le tribunal administratif de Toulouse a confirmé ces deux volets. Aujourd’hui, si Enedis veut entrer dans un logement à Blagnac, il viole un arrêté municipal de la ville de Blagnac.

Comment voyez-vous la sortie de « crise » avec Enedis ?
Je dois rencontrer prochainement leurs responsables. Encore une fois, je ne suis pas en guerre contre Enedis mais je suis opposé à la violation de propriété et à l’utilisation de données personnelles. Je sais que les compteurs Linky seront déployés et constitueront certainement un bon choix (3000 compteurs Linky ont été déployés sur les 11.000 prévus, NDLR), mais je demande à Enedis de changer sa façon de procéder. Dans le même temps j’ai sollicité un organisme indépendant sur les conséquences ondes électro-magnétiques des compteurs. On aurait pu éviter ce type de conflits s’il y avait eu davantage de concertation.

Pensez-vous que votre arrêté municipal va faire jurisprudence ?
Oui, d’ailleurs depuis le milieu de la semaine je reçois beaucoup d’appels de la part d’autres maires de Haute-Garonne (Castanet, Portet-sur-Garonne, Arbas, Ramonville, etc.) qui souhaitent prendre les mêmes dispositions sur leurs communes. Cela signifie que ça pose beaucoup de questions sur les méthodes d’Enedis.
Propos recueillis par Philippe Font

Sur la photo : Joseph Carles, maire de Blagnac. Crédits : DR

P.S. :

Dans un communiqué, Enedis rappelle que :
« le Tribunal administratif de Toulouse de Toulouse (…) a bien suspendu l’arrêté de la mairie de Blagnac qui souhaitait instaurer un « droit au refus » de pose des compteurs Linky. Seules deux dispositions de l’arrêté n’ont pas été suspendues : celles rappelant le droit de propriété privée et la nécessaire protection des données personnelles des clients. (…) En aucun cas, Enedis n’entre dans la propriété privée d’un client sans y avoir été autorisée. A ce jour, 85 décisions de tribunaux administratifs ont confirmé la légalité de l’installation des compteurs communicants ».