ToulÉco

Publié le mercredi 26 décembre 2018 à 18h30min par Sylvie Brouillet

Eolien flottant : les acteurs d’Occitanie réclament à l’État un appel d’offres dès 2019

article diffusé le 22 novembre 2018

Réuni à Narbonne il y a quelques semaines, 400 acteurs économiques et élus attendent impatiemment le lancement des fermes commerciales et affirment la nécessité d’un appel d’offres de l’État pour un parc commercial en Occitanie dès 2019.

Plus de 400 acteurs économiques et élus ont participé jeudi 15 novembre à Narbonne, à l’invitation de la région Occitanie, à un rassemblement sur l’éolien flottant, qui est un élément majeur de l’ambition de la Région à énergie positive en 2050. Porteurs des projets-pilotes EolMed et EFGL (24 MW chacun) dans le golfe du Lion, Quadran Energies Marines et Engie Green ont précisé leur calendrier : « Les enquêtes publiques, puis les autorisations,sont attendues au premier semestre 2019 », selon Jean-Mathieu Kolb, directeur du projet EFGL.

Engie programme quatre éoliennes sur flotteurs métalliques au large de Leucate/Le Barcarès, tandis que Quadran implantera quatre machines sur flotteurs en béton armé (de 10.000 tonnes) au large de Gruissan. Chaque parc vaut 215 à 225 millions d’euros. « Prévu en 2020, le chantier fera travailler 150 à 200 personnes », avance Jean-Marc Bouchet, président de Quadran. Les deux projets pilotes ont en commun le port de Port-la-Nouvelle. La région veut en faire un hub logistique des énergies renouvelables marines et y lancera en 2019 la création d’un « quai éolien », pour recevoir la construction des flotteurs (pour EolMed), l’assemblage des flotteurs et des éoliennes, et servir de base au déploiement, à l’exploitation et la maintenance des parcs. Fin 2021, chaque parc marin produira une énergie équivalente à la consommation électrique annuelle de 50.000 habitants.

Plusieurs milliards d’investissements

Mais pour construire une filière aux prix compétitifs, il faut passer à une phase « commerciale », où la taille d’un parc atteint 250 MW et où « le coût d’investissement se chiffre en milliard », ajoute Jean-Marc Bouchet. C’est pourquoi tous scrutent l’annonce prochaine de la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE). A Narbonne, les participants ont signé un « Pacte » mentionnant un objectif de 1,5 gigawatts en 2030 dans le golfe du Lion et soulignant que l’éolien flottant a besoin « de visibilité sur des volumes significatifs » pour son lancement commercial. « Il faut transformer l’essai », soutient Carole Delga. La présidente de la région réclame « un appel d’offres de 750 MW pour les deux façades Atlantique et Méditerranée dès 2019, et un autre avant la fin du quinquennat. »
Sylvie Brouillet

Sur la photo : Chaque parc éolien en projet est estimé entre 215 à 225 millions d’euros. DR.