ToulÉco

Publié le lundi 3 avril 2017 à 19h30min par Marc Pouiol , Valérie Ravinet

Face à face avec Carole Delga : « Avoir une implantation de la Région plus forte par département »

Un an après son élection à la tête de la grande région, Carole Delga a répondu aux acteurs du monde économique qui l’ont interrogée sur le transport, l’emploi ou la formation. L’occasion pour Carole Delga de dresser un premier bilan et de rappeler sa feuille de route.

Jean-Marie Courcier : Quels sont les axes de travail des agences de développement Sud de France et Madeeli ? Comment ces deux structures vont-elles s’organiser pour apporter aux entreprises de santé un soutien pour l’innovation ?

Carole Delga : Dès la fin de l’année, les activités seront regroupées au sein d’une seule agence de développement économique, organisée en fonction des thématiques de travail. Cette agence travaillera en étroite collaboration avec les consulaires et les fédérations. Le rôle de la Région est, là encore, de porter une stratégie permettant à notre territoire de rayonner, de valoriser ses atouts pour attirer les investissements étrangers, d’être efficace et réactif. C’est vers cette union que nous allons, avec des spécialités par métier, des partenariats et une implantation locale plus forte, dans chaque département. J’impulse une nouvelle façon de travailler respectueuse, dans une perspective de développement et d’optimisation de notre visibilité internationale. Une importante campagne de communication va être lancée dans ce sens.

Florence Barkate : Que comptez-vous faire pour développer les transports, notamment le ferroviaire et favoriser la mobilité entre Montpellier et Toulouse ?

Carole Delga : La révision du Contrat de Plan Etat-Région, prévoit 3,5 millions d’euros pour la réalisation d’études concernant l’amélioration de la ligne ferroviaire entre Toulouse, Narbonne et Montpellier. Le trajet Toulouse-Montpellier pourrait être réduit de 15 minutes. En projet également, une ligne nouvelle qui mettrait Montpellier à 18 minutes seulement de Béziers. La Région a inscrit 45 millions d’euros pour les acquisitions foncières et les études. Nous misons beaucoup sur le ferroviaire pour améliorer la mobilité du territoire. Les trains Intercités seront développés et de nouveaux horaires et cadencements mis en place, dès la fin 2017, pour les adapter aux besoins des déplacements économiques. A l’étude aussi, une liaison quotidienne entre Toulouse et Perpignan. Rappelons que la LGV reliant Bordeaux à Toulouse, devrait être opérationnelle en 2024, j’ai d’ailleurs demandé que l’ensemble du tracé fasse l’objet d’une déclaration d’intérêt général.

Arnaud Thersiquel : Qu’est-ce que la Région fait pour le numérique ? Qu’est-ce que la Région et les startup peuvent s’apporter mutuellement ? En tant que petite structure on a du mal à se positionner…


Carole Delga : Il existe deux clusters dans la Région qui sont des interlocuteurs réguliers sur le sujet du numérique. Concernant le soutien du secteur, un contrat d’appui spécial « start-up » va être prochainement présenté par Nadia Pellefigue alimenté notamment par Crealia et Irdinov (fonds de financement pour projets innovants, NDLR). On a aussi le projet de créer deux campus, un à Toulouse et l’autre à Montpellier, afin de favoriser un écosystème permettant l’émergence des start-up : nous sommes la première région en matière de créations de jeunes pousses, et les campus permettent de disposer de tout l’accompagnement, de l’incubateur à l’hôtel d’entreprises, de bénéficier de conseils de mentors, d’avoir des d’outils de financement adaptés via des capitaux propres ou de la R&D.
Nous avons également lancé un appel à projets pour les tiers-lieux sur tout le territoire car nous ne voulons pas donner l’impression de réserver l’innovation uniquement aux métropoles. Le numérique c’est aussi la formation : nous avons labellisé huit écoles régionales du numérique, il y en aura huit supplémentaires au printemps 2017. Les start-up sont des étendards de l’innovation et nous voulons encourager l’entrepreneuriat en développant notamment le statut d’étudiant-entrepreneur au niveau des grandes écoles et des universités.

Arnaud Thersiquel : Pour l’économie de la région on sent qu’il y a un vrai challenge à identifier les champions de demain comme l’est aujourd’hui Sigfox…

Carole Delga : Pour arriver à détecter ces pépites en devenir, il est important que la Région soutienne toutes les initiatives et qu’elle soit au plus près des territoires. On peut également avoir une détection à travers l’existence de FabLab ou de tiers lieux : cela permet de découvrir l’idée géniale qui a besoin d’être accompagnée dans différentes phases. Dans le domaine des start-up, l’accompagnement est primordial à chaque phase. Quand on est dans l’entrepreunariat innovant les besoins de conseils dans le domaine juridique, financier, fiscal ou commercial sont pointus. Si vous n’êtes pas rigoureux pour poser des fondations solides, il peut y avoir des inquiétudes.
Propos recueillis par Marc Pouiol et Valérie Ravinet

Sur la photo : Carole Delga annonce le regroupement au sein d’une seule entité des agences économiques. Crédits : Rémy Gabalda - ToulÉco

Sur la seconde photo : Arnaud Thersiquel, dirigeant d’At Home. Crédits : Rémy Gabalda - ToulÉco