ToulÉco

Publié le vendredi 31 octobre 2014 à 19h00min par Nathalie Malaterre

Femmes et immigrés : le nouveau visage du salariat

Le déficit d’hommes engloutis par le front impose à l’Etat et aux entrepreneurs de recourir à un nouveau type de main d’œuvre. Les femmes et les immigrés entrent à l’usine, et avec eux, une nouvelle classe d’ouvriers émerge.
Quand l’urgence exige de rouvrir les usines et ateliers fermés à l’été 14, les chômeurs (hommes âgés ou réformés) ne suffisent pas. Pour faire face à la montée des cadences, réfugiés et internés civils retenus dans les camps de concentration de la région sont mis à la disposition des entreprises et des (...)

La lecture de cet article est réservée aux abonnés :

Je m'abonne Je me connecte