ToulÉco

Publié le jeudi 28 mars 2019 à 18h56min par Philippe Font

Geneviève Fioraso : « L’IRT Saint-Exupéry doit rayonner à l’international »

Geneviève Fioraso, ancienne ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche des gouvernements Ayrault et Valls, a pris la succession de Gilbert Casamatta à la tête de l’IRT Saint-Exupéry. Elle livre sa vision des enjeux à venir.

Geneviève Fioraso, vous venez d’être élue en assemblée générale ce jeudi 28 mars, présidente de l’IRT Saint-Exupéry. Comment cela s’est-il passé ?
Très simplement, le président Gilbert Casamata m’a sollicitée. Plusieurs raisons ont fait que j’ai répondu positivement pour prendre sa suite : j’aime le mélange des cultures entre la recherche et l’industriel, le spatial et l’innovation, domaine dans lequel je baigne depuis de très nombreuses années. C’est un secteur qui possède de solides atouts avec notamment le new space. Prendre la présidence de l’IRT Saint Exupéry est un beau défi.

Un des grands enjeux à venir concerne l’intelligence artificielle, avec notamment le projet toulousain Aniti…
Le projet Aniti va permettre de collaborer avec d’autres organismes de recherche comme le CNRS et l’Onera. Mais plus largement, l’IRT doit se rapprocher de la recherche publique. Il doit y avoir davantage de synergie entre l’industrie et la recherche. Le deuxième défi concerne la pérennisation financière de l’IRT. En quatre ans, l’Institut s’est installé dans le paysage toulousain, il pèse 40 millions d’euros de chiffre d’affaires et emploie 320 personnes. C’est une belle prouesse ! Aujourd’hui, nous sommes dans la deuxième étape avec le développement de projets tournés vers l’Europe. Cette phase d’ouverture doit lui permettre de se structurer et de trouver sa place dans l’écosystème auquel je crois beaucoup. D’où des partenariats vers l’Europe et l’international, comme par exemple la signature d’un échange avec le Canada.

Quels sont les axes de développement et de recherche de l’IRT dans les années à venir ?
Il est un peu tôt pour répondre. Les travaux de recherche sur les systèmes intelligents, l’IA ou encore la propulsion électrique sont validés et confortés. La suite doit être discutée, même si je pense que le new space est un domaine sur lequel nous pouvons travailler pour fixer son modèle économique, car celui-ci n’est pas encore défini. Je pense qu’il y a des synergies à trouver avec la Toulouse School of Economics (TSE) par exemple. Nous devons aussi nous préparer à rayonner à l’international. Le but n’est pas d’occuper le plus d’espace possible, mais d’être utile. Il faut éviter les doublons et faire le mieux dans son domaine. C’est pour cela que je crois beaucoup à l’intelligence collective et au développement de projets transversaux.
Propos recueillis par Philippe Font

Sur la photo : Geneviève Fioraso est la nouvelle présidente de l’IRT Saint-Exupéry. Crédits : DR