ToulÉco

Publié le dimanche 25 novembre 2018 à 18h10min par Audrey Sommazi

Aéronautique. Gillis Aero fixe la structure de son usine du futur en Occitanie

A l’aide d’outils empruntés au lean manufacturing, Gillis Aero, spécialiste de la production de fixations pour l’aéronautique installé dans le Tarn-et-Garonne, reprend son envol.

La société Gillis Aero était au bord du gouffre. A deux doigts du dépôt de bilan. Nous sommes en 2008. A cette date, le fondateur de cette entreprise, spécialisée dans la production de fixations (vis, boulons, écrous, rondelles) en petite série pour les cellules (tubes et ailes de l’avion) et les équipements (systèmes d’air, de freinage, cabine, etc.), décède. S’ensuivent des années noires, jusqu’à sa reprise en 2011 par l’entrepreneur Serge Dumas.

« En souffrance, cette entreprise, née en 1965, était décorrelée du marché par son outil industriel, sa stratégie et l’implication des salariés », se souvient le gérant. « Il n’y avait plus de décision, elle était livrée à elle-même dans un contexte de crise du secteur aéronautique ». Pour redresser la barre, le repreneur qui en 2007 avait revendu sa société de maintenance aéronautique Antavia, injecte 3,5 millions d’euros via des fonds propres et des prêts bancaires. Il investit dans une usine 4.0 sur la période 2011-2017.

Performance industrielle

« Notre épine dorsale est l’organisation. J’ai décidé d’informatiser la gestion de la production assistée par ordinateur », explique Serge Dumas, qui a également mis en place en interne un système d’analyse de données de production (gestion des temps de passage et des goulots d’étranglement) pour les interpréter et anticiper les besoins.

Pour augmenter la performance industrielle de l’usine, il remplace le parc de machines vieillissant, tout en l’automatisant en partie. Depuis un an, trois cobots ont été intégrés, travaillant 24 heures sur 24, cinq jours sur sept, ainsi que deux machines à chargement automatique dans l’usine située à Dieupentale, dans le Tarn-et-Garonne. Gillis Aero intègre désormais en interne l’ensemble des process de fabrication, depuis le forgeage des pièces jusqu’au traitement de surface. Car Serge Dumas y voit deux intérêts : l’agilité et la réduction des coûts pour produire au « best cost ».

Résultats ? En 2018, l’entreprise, qui compte parmi ses clients les équipementiers de rang 1 comme Liebherr, Ratier Figeac ou Safran, enregistre un chiffre d’affaires de 4 millions d’euros et prévoit de dépasser les 5 millions en 2019. « Nos investissements portent leurs fruits », se félicite le patron. « En 2020, nous atteindrons notre pleine puissance ». En attendant, la prudence reste de mise. « Il faut continuer sans faire d’erreur stratégique », conclut-il.
Audrey Sommazi

Sur la photo : Serge Dumas, gérant de Gillis Aero, à la tête d’une entreprise qui produit 1,2 millions de fixations par an. Photo DR.

P.S. :

Tous les lundis, retrouvez l’actualité de l’aéronautique régionale sur touleco.fr.