ToulÉco

Publié le vendredi 5 avril 2019 à 09h16min par Johanna Decorse

Haute-Garonne. La piste de l’intoxication alimentaire se précise à l’Ehpad de Lherm

L’hypothèse de l’intoxication alimentaire semble se confirmer dans la mort des cinq résidents de l’Ehpad « La Chêneraie » de Lherm, décédés entre dimanche soir et lundi matin, a indiqué jeudi 4 avril le procureur de la République de Toulouse Dominique Alzeari. Les premiers résultats toxicologiques, témoignent en effet d’une « toxi-infection alimentaire objectivée par la présence de bactéries dans différents ingrédients retrouvés dans des repas témoins saisis », a indiqué le chef du parquet.

Mais rien ne prouve encore que les troubles des vingt-six personnes touchées par cette infection, dont les cinq personnes décédées, soient liés au dernier repas du dimanche soir.
Le procureur de Toulouse a aussi précisé que s’agissant de ces cinq victimes âgées de 72 à 95 ans, dépendantes et très fragilisées, « il n’y avait pas de manière définitive et formelle une détermination de la cause de la mort ». Deux sont décédées à la suite d’un trouble cardio-respiratoire après un choc toxique, compatible avec une intoxication alimentaire, a précisé Dominique Alzeari.

Le parquet de Toulouse a ouvert lundi une enquête de flagrance des chefs d’homicides involontaires et blessures involontaires et envisage l’ouverture d’une information judiciaire « dans un délai assez rapide ». Pour l’heure, treize plaintes ont été déposées.

Le procureur a également précisé que les repas des résidents étaient bien préparés sur place à partir d’ingrédients commandés chez Sodexo et des producteurs locaux, contrairement à des informations qui avaient été données à des familles de victimes.

L’Ehpad « La Chêneraie » qui fait partie de la société toulousaine Omega, rachetée le 18 février dernier par le groupe Korian, avait été contrôlé en 2013 et avait fait l’objet d’une « remise à niveau et de mises en demeure qui ont été exécutées », a précisé le chef du parquet en indiquant qu’il était encore « trop tôt pour rechercher des responsabilités pénales directes » dans cette enquête.