ToulÉco

Publié le mardi 9 janvier 2018 à 19h11min par Johanna Decorse

Haute-Garonne. Les crèmes solaires Lovéa changent de main

La Phocéenne de Cosmétique a annoncé début janvier le rachat de la marque de produits solaires Lovéa, développée par les laboratoires Biocos, à Revel. Cette opération doit permettre le sauvetage de quarante emplois dans le Lauragais et autant près de Nancy.

Changement d’horizon pour les laboratoires Biocos de Revel. Issue du rachat du laboratoire Serval à Castres par quatre investisseurs dont Alain Chatillon, ancien PDG de Nutrition et Santé et Frédéric Grange, la société installée depuis 2009 dans le Lauragais et à l’origine des produits solaires Lovéa, vient de vendre sa marque phare à la Phocéenne de Cosmétique. L’opération de rachat, pour 6,6 millions d’euros, a été officialisée début janvier par le nouveau propriétaire qui développait jusqu’alors une marque unique, Le Petit Olivier.

Dans les faits, la société est basée à Salon-de-Provence, où se situe son siège social, et à Epône, dans les Yvelines. Elle a repris la holding Biocos Marketing Développement qui porte la marque Lovéa. Elle a également repris l’ensemble des quarante employés du site de Revel, essentiellement du personnel administratif, commercial et R&D.

« Aucun emploi ne sera supprimé. Les équipes de Revel ont un savoir-faire et une expertise dans le domaine du solaire que nous voulons conserver. Des reconversions internes auront sans doute lieu mais sans caractère d’urgence. Les produits naturels exotiques, à base de monoï par exemple, de Lovéa séduisent une clientèle plutôt jeune et viennent compléter notre gamme naturaliste, méditerranéenne, plus traditionnelle. Nous couvrons ainsi l’ensemble du marché des produits naturels. C’est vraiment du chiffre d’affaires additionnel », explique Eric Renard, directeur général et cofondateur avec Xavier Padovani de la Phocéenne de Cosmétique.

Un plan d’investissement de 1 million d’euros

Les laboratoires Biocos qui, outre leur ancien site de Revel, compte une usine de fabrication à Millery, en Meurthe-et-Moselle, devraient y déménager leur siège social dans les prochains mois. L’entreprise, en difficulté depuis plusieurs années malgré un chiffre d’affaires de 15 millions d’euros, produira toute la gamme de la marque Lovéa pour leur nouveau partenaire dans le cadre d’un contrat d’approvisionnement exclusif, tout en conservant son activité pour des marques tiers ou distributeurs.

« Nous assurons à Biocos, qui va produire pour nous, des débouchés commerciaux. Au total, quatre-vingt emplois sont ainsi sauvegardés, quarante en direct avec la reprise du personnel de Revel et quarante autres à Millery », souligne Eric Renard. Pour Frédéric Grange, l’un des principaux actionnaires de Biocos, cette opération va permettre à la société de se désendetter et d’investir 1 million d’euros sur les trois années qui suivent pour développer l’activité industrielle ».

Fabrication française

Sur un marché extrêmement concurrentiel et mondialisé, les synergies liées à cette acquisition, valables sur le plan marketing et commercial, vont permettre à la Phocéenne de Cosmétique de renforcer ses positions. La PME, détenue à 100% par ses deux dirigeants-fondateurs, emploie soixante-quinze personnes pour un chiffre d’affaires de 22 millions d’euros, réalisé à hauteur de 30% à l’export.

Présente dans soixante-quatre pays, sa marque Le Petit Olivier couvre l’ensemble du marché de l’hygiène et de beauté, à l’exception des déodorants et des teintures capillaires avec une centaine de produits dans son catalogue. Troisième acteur national pour les savons avec 9% de parts de marché, la Phocéenne assure tout le développement et la mise sur le marché de ses gels douches, soins pour le corps et shampooings d’origine naturelle. La fabrication, 100% française, est sous-traitée en majeure partie aux laboratoires Gilbert, à Caen.
Johanna Decorse

Sur les photos :
En haut : Eric Renard et Xavier Padovani, les deux fondateurs de la Phocéenne de Cosmétique. Crédits : DR.

En bas : La marque Lovéa, lancée en 1994 et présente dans 38 pays, s’est imposée comme le 3e acteur en France sur le marché des produits solaires en grande distribution. Crédits : DR