ToulÉco

Publié le lundi 13 février 2017 à 19h30min par Philippe Font

Toulouse. Hexachords met l’intelligence artificielle au service des compositeurs de musique

Article diffusé le 2 février 2017

La start-up toulousaine s’apprête à commercialiser Orb Composer. Ce logiciel est destiné à faciliter les travaux des compositeurs amateurs ou professionnels.

Cinq ans de développement et 200.000 lignes de codes et d’algorithmes. C’est ce qu’il a fallu à Richard Portelli, diplômé de l’École Normale Supérieure de Lyon, pour développer l’intelligence artificielle d’Orb Composer : « Quand j’écoutais de la musique, je trouvais qu’il y avait beaucoup de choses qui se ressemblaient. L’idée d’Orb Composer est d’automatiser les taches fastidieuses du travail de composition, pour laisser le compositeur se concentrer sur les aspects créatif et artistique », explique-t-il. Richard Portelli joue également du piano et a suivi les cours d’écriture musicale au conservatoire de Lyon.

Aujourd’hui, son logiciel est fin prêt à être commercialisé et proposé à tous les musiciens et compositeurs, professionnels ou amateurs, mais aussi aux passionnés désireux d’apprendre et de comprendre la composition musicale. Car dans Orb Composer, le compositeur exprime ses choix artistiques en définissant la structure du morceau qu’il souhaite créer, ainsi que différents paramètres musicaux (style, accords, instruments, etc.).

200.000 euros de chiffre d’affaires en 2017

A partir de ces choix, l’intelligence artificielle pré-compose les partitions du morceau de façon dynamique. « L’idée est de permettre au musicien de reprendre la main sur la partie la plus créative, il peut ensuite effectuer les arrangements de son choix », ajoute Richard Portelli.

Associé au compositeur professionnel Gaël Tissot et à Mathieu Calvo, en charge du développement d’affaires, Richard Portelli prévoit une campagne de crowdfunding. Objectif : atteindre les 100.000 euros, afin de démarrer la commercialisation d’Orb Composer, qui sera décliné en trois versions. Pour 2017, les dirigeants d’Hexachords tablent sur un chiffre d’affaires de 200.000 euros.
Philippe Font

Sur la photo : Richard Portelli, fondateur d’Hexachords. Photo DR.

2 Commentaires

Répondre à cet article