ToulÉco

Publié le jeudi 13 septembre 2018 à 18h35min par Audrey Sommazi

Hôtellerie. Le Domaine de Montjoie monte en gamme près de Toulouse

Avec vingt-quatre chambres supplémentaires et un restaurant bistronomique, le Domaine de Montjoie aux portes de Toulouse complète son offre haut de gamme à destination des entreprises, mais aussi des particuliers.

Le Domaine de Montjoie change de dimension. En à peine dix mois. Situé à Ramonville-Saint-Agne, cet espace de six hectares, ancienne propriété de la famille Garrigou (Midica, Intersport), s’est doté de nouvelles prestations. Le château construit en 1760 accueillait déjà six chambres quatre étoiles, classées Best Western Premier Collection. L’activité hôtellerie s’est renforcée avec l’aménagement de vingt-quatre nouvelles chambres dans les anciennes écuries restaurées datant aussi du XVIIIe siècle.

S’y ajoute un restaurant, le M, d’une capacité de soixante couverts à l’intérieur, quarante en terrasse, ouvert midi et soir en semaine. Dans les cuisines de cet établissement qui se veut bistronomique Yoren Larger, un jeune chef de 32 ans qui a fait ses classes aux P’tits Fayots notamment, à Toulouse. Une piscine et des salles de séminaire supplémentaires complètent le dispositif. Et pour accompagner ce développement, le Domaine de Montjoie a recruté quinze personnes, l’effectif étant désormais de vingt-deux salariés.

« Notre projet », explique Hubert Faure, le gérant associé à trois autres actionnaires, « a été conçu sous cette forme actuelle. Mais pour ne pas perdre de temps, nous avons réalisé les travaux en deux tranches ». La première en 2015 pour ouvrir l’établissement l’année suivante. La seconde s’est achevée au printemps dernier, pour un investissement global compris en 6 et 7 millions d’euros.

En quête de nouveaux investisseurs

L’activité, qui se répartie principalement entre événements professionnels (journées d’études, séminaires, soirées etc.) et, dans un moindre mesure, mariages ou réceptions pour particuliers, dégage un chiffre d’affaires de 1,5 million d’euros. L’objectif est d’atteindre les 2 millions en 2019 avec un positionnement précis. « Nos services sont au prix du marché avec une offre haut de gamme depuis dans un lieu unique à Toulouse », précise Hubert Faure, qui pense déjà à l’avenir.

La stratégie de développement du domaine prévoit d’ouvrir à l’horizon 2020 un espace spa, santé et bien-être, avec cours individuels ou en petit comité de remise à niveau dispensés par un coach sportif. Le gérant est aussi à la recherche de co-investisseurs spécialisés dans le secteur.
Audrey Sommazi

Sur la photo : Hubert Faure, le gérant du Domaine de Montjoie. Photo Hélène Ressayres –crédits ToulÉco.