ToulÉco

Publié le dimanche 7 avril 2019 à 17h59min par Nathalie Sanselme

Depuis Montpellier, ITK prépare la révolution agricole 3.0

Hissée en l’espace de quinze ans au palmarès mondial de l’agri-intelligence, ITK installée à Clapiers poursuit sa belle croissance à l’international.

Le changement climatique et les nouveaux modes de consommation bousculent les habitudes agricoles. Quand le temps se met à faire des yoyos, et que la règle du jeu bouge d’une année sur l’autre, le champ des améliorations possibles passe désormais par une agriculture de précision. Ce virage vers l’agri-intelligence, Eric Jallas, le PDG d’ITK le comprend vite. Alors qu’il est directeur de recherches pour le Cirad en mission en Afrique, il conçoit son premier outil de modélisation appliqué à la culture du coton.

En 2003, il crée l’entreprise ITK. Elle développe pour les agriculteurs des outils informatiques d’aide à la décision afin d’optimiser le rendement et la qualité de leurs cultures. Tout en réduisant les risques sur leurs exploitations et en préservant l’environnement grâce à une meilleure gestion des intrants (irrigation, engrais …). Depuis, ITK a développé plusieurs types de modélisations, pour les plantes pérennes (arboriculture, viticulture), ou les grandes cultures (blé, maïs, soja). Plus de 90 % du chiffre d’affaires d’ITK est réalisé à l’international. « Il est plus facile de convaincre le viticulteur californien que celui de Pézenas », constate Laïd Hafssa, regrettant que la filière française soit « peu organisée et morcelée entre une multiplicité d’acteurs qui ne se parlent pas. Ils ne savent pas chasser en meute à l’international, il manque un Airbus devant pour mettre tout le monde en rang ».

Présent aussi dans l’élevage

Parcelles, vaches connectées Du petit producteur de quinoa jusqu’au géant américain de blé, les outils développés par ITK favorisent l’émergence d’un agriculteur « augmenté », capable de voir plus tôt, plus précisément et d’anticiper. Reste, dans un secteur empreint de pragmatisme, à évangéliser une grande majorité d’acteurs peu à l’aise avec les outils numériques et virtuels. Pour ce faire, ITK a quelques astuces, dont ce débitmètre destiné aux vignes et doté d’un faux capteur gadget aux fonctions de placebo.

En rachetant il y a deux ans la société Medria et son thermomètre capteur pour vaches relié à un serveur, ITK a investi le secteur de l’élevage. Avec plus d’1 million de surfaces connectées par ses outils sur le globe– et 300.000 vaches-, l’entreprise devenue un des leaders mondiaux de l’agri-intelligence vise le statut d’ETI dans les trois ans à venir. Elle s’apprête à boucler d’ici quelques semaines une levée de fonds de 50 millions d’euros et à recruter 300 nouveaux collaborateurs d’ici 2023.
Nathalie Sanselme

Sur la photo : Laïd Hafssa, directeur marketing et commercial d’ITK. Crédits : DR

1 Commentaire

  • Le 9 avril à 10:27 , par Pôle communication itk

    Itk souhaite apporter quelques précisions.
    1. Débitmètre connecté itk : Cet objet connecté a reçu le prix de l’innovation au salon international Vinitech (Bordeaux – 2016). Nous avions comme difficulté de matérialiser nos solutions basées sur de l’intelligence artificielle, au point de nous interroger sur la mise en place d’un capteur factice. Ce qui n’a jamais été le cas, du coup avec l’essor aujourd’hui des objets connectés nous pouvons associer à nos solutions des équipements utiles qui rendent plus concrète nos solutions au regard d’une population non « digitale native ».

    2. Notre levée de fonds porte sur plusieurs dizaine de millions d’euros, celle-ci actuellement en cours porte sur 50 M€

    3. La légende précise Eric Jallas/PDG, alors qu’il s’agit de Laïd Hafssa, Direction Commerciale & Marketing.

Répondre à cet article