ToulÉco

Publié le dimanche 28 avril 2019 à 18h39min par Johanna Decorse

Industrie. Mondelez chouchoute son Cachou Lajaunie à Toulouse

article diffusé le 20 février 2019

Marque emblématique née il y a près de 140 ans, Cachou Lajaunie confirme son ancrage local en intégrant l’usine principale de Mondelez International à Toulouse. Dans un site unique, le géant de l’agroalimentaire fabrique désormais bonbons, pains grillés et barres céréalières.

Inventé à Toulouse en 1880 par le pharmacien Léon Lajaunie, immortalisé en 1985 par le mémorable « Han han » de Kristen Dalton dans un spot publicitaire de trois secondes signé par l’agence toulousaine ALS Conseil, le cachou Lajaunie ne compte plus son âge. Produite ces dernières années dans la plus petite unité de Mondelez International, dans la zone de Larrieu-Thibaud, la petite pastille à la réglisse a rejoint en novembre 2018 l’usine historique du géant américain de l’agroalimentaire à Toulouse qui emploie quatre vingt-deux personnes.

L’intégration de la ligne de fabrication des célèbres bonbons, inaugurée le 15 février dernier, fait de ce site industriel également dédié à la panification et aux barres céréalières Grany, le seul site multi-catégories parmi les neuf que compte le groupe en France. Quelque douze tonnes de biscottes, treize tonnes de barres céréalières et 10.000 boîtes de cachou y sont fabriquées chaque jour. « Nous avons créé les conditions pour être plus compétitifs et par là même, plus attractifs pour attirer les investissements. Et cela marche puisqu’en 2018, le groupe a investi 30 millions en France », explique Mathias Dosne, directeur général de Mondelez International France.

Des ventes stables

Le géant américain a consacré 1,5 million d’euros au regroupement de ses activités industrielles toulousaines sur un site unique, dont 700.000 euros pour le transfert de la seule ligne de production de Cachou Lajaunie et des quatre salariés qui la font vivre. Jean-Pierre Saurrat, qui manipule le célèbre bonbon et ses petites boîtes rondes métalliques depuis trente ans, voudrait les voir gagner de nouveaux consommateurs. « On était vingt huit en 1988, trois aujourd’hui. On se sent moins seuls avec les collègues des autres lignes mais on espère pouvoir produire davantage », témoigne le chef d’atelier.

Quelque dix huit tonnes de cachou, soit 3 millions de boîtes dont la taille, 4,5 centimètres de diamètre et le poids, 6 grammes, sont restés inchangés depuis l’origine, sont vendues chaque année. « Cachou Lajaunie est une petite marque en chiffre d’affaires avec des ventes stables mais elle est emblématique et très présente dans l’esprit des Français. Si demain nous voulions avoir une ambition de croissance sur Cachou Lajaunie, avec l’intégration de la ligne dans notre usine, nous avons les moyens de le faire », explique Louis Cazaban, responsable opérationnel du site de Toulouse.

Passée par différents propriétaires depuis sa création dont les Laboratoires Pierre Fabre, Kraft Foods et Cadbury avant de devenir en 2010 la propriété de Mondelez International, Cachou Lajaunie n’a jamais quitté Toulouse. La marque n’est produite qu’ici et devrait y rester, la stratégie de l’Américain en France, numéro un mondial du marché des biscuits et des bonbons, étant notamment de développer ses marques locales.
Johanna Decorse

Sur les photos : Trois millions de boîtes de Cachou Lajaunie sont vendues chaque année, principalement en France. C’rédits : Hélène Ressayres - ToulÉco