ToulÉco

Publié le lundi 15 avril 2019 à 18h26min par Marc Pouiol

Intelligence artificielle : Toulouse en pole position

Dossier : Intelligence artificielle, Toulouse au cœur de la machine - Episode 1

La Ville rose est en lice pour accueillir l’Institut interdisciplinaire de l’intelligence artificielle (3IA). Une façon de confirmer la recherche et l’innovation de l’écosystème toulousain

Acteurs publics et privés jouent collectif pour défendre le projet d’un Institut interdisciplinaire dédié à l’intelligence artificielle dans le cadre du programme national lancé par l’État. Parmi les douze dossiers déposés, quatre ont été retenus : deux sites à Paris, trois autres à Grenoble, Nice-Sophia Antipolis et Toulouse. À l’heure où nous écrivons ces lignes, un jury international étudie les projets détaillés en vue d’accorder (ou non) la labellisation définitive 3IA. Le projet Aniti (Artificial and Natural Intelligence Toulouse Institute) porté par l’Université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées a pour ambition de créer une dynamique collective forte en rassemblant recherche, applications et formations dans les domaines phares de la métropole et de la région, notamment les transports, l’environnement ou la santé.

« Cet institut doit permettre de développer une nouvelle génération d’intelligence artificielle dite hybride », précise Nicolas Asher, directeur de recherche au CNRS et à l’Irit, responsable scientifique de ce projet ambitieux. « Avec 500 chercheurs, nous avons tout le potentiel nécessaire pour mener des projets audacieux allant de la recherche pure aux applications concrètes. L’objectif est de concevoir des programmes intégratifs en situations réelles et de tester l’acceptabilité sociale et la viabilité économique. Tout cela demande une synergie entre acteurs industriels, institutionnels et académiques. »

Un pôle à vocation européenne

La dynamique est enclenchée Le projet rassemble déjà 200 chercheurs issus de trente-trois laboratoires et une trentaine de grandes entreprises. Le futur institut, soutenu aussi par la Métropole et la Région Occitanie, devrait disposer de 24 millions d’euros durant les quatre premières années, un budget cofinancé par l’État, les établissements publics et les partenaires industriels. Illustration de cette volonté de jouer groupés, la signature le 14 janvier dernier, d’une convention entre Aerospace Valley et l’Université fédérale. Un rapprochement afin de soutenir le pôle d’intelligence artificielle qui s’installerait sur le campus Paul-Sabatier.

« Toulouse a tout pour devenir un pôle européen dans ce domaine. Nous sommes aussi reconnus mondialement en robotique, en télédétection, nous disposons de données considérables sur l’atmosphère, les océans, l’aéronautique ou le spatial », assure Nicholas Asher. « Mais nous avons besoin de doubler le nombre d’étudiants diplômés en intelligence artificielle, c’est l’un des enjeux de ce projet mobilisateur. Quelle que soit la décision du jury, la dynamique est enclenchée et elle se poursuivra. Des programmes de recherche sont lancés notamment sur les véhicules autonomes, la robotique domestique ou l’environnement avec un monitoring de la planète (sol, sous-sol, eau, atmosphère…). » Au niveau national, les sites retenus sont appelés à collaborer pour faire de la France une référence mondiale en intelligence artificielle.
Marc Pouiol

Sur la photo : Toulouse est en lice pour décrocher le label Aniti qui la placerait en tête dans
la recherche mondiale sur l’intelligence artificielle. Crédits : Hélène Ressayres - ToulÉco.

P.S. :

  • Toute la semaine, retrouvez des articles de ce dossier spécial « Intelligence artificielle, Toulouse au cœur de la machine » dans La Matinale.