ToulÉco

Publié le mercredi 13 février 2019 à 21h03min par Philippe Font

Jean-Luc Moudenc renonce à la fusion entre Toulouse Métropole et le Conseil départemental de Haute-Garonne

Le projet de métropolisation à la lyonnaise lancé il y a moins d’un an et qui concernait la fusion de cinq métropoles et départements ne verra pas le jour. Les maires de Toulouse et Nice, ses deux derniers défenseurs, y ont renoncé.

Il n’y aura pas de fusion entre Toulouse Métropole et le Conseil départemental de Haute-Garonne. Du moins pour l’instant. L’annonce a été faite mercredi 13 février via un communiqué de presse de Jean-Luc Moudenc et Christian Estrosi, respectivement présidents des métropoles de Toulouse et de Nice. Ils étaient les deux derniers partisans déclarés de la fusion des métropoles avec les départements. Les deux élus « font le constat que les conditions actuelles ne permettent plus d’aller sereinement vers la réforme territoriale annoncée par le Gouvernement (…) ». « Après avoir participé à de nombreuses réunions de travail, force est de constater que l’Etat n’est toujours pas en mesure de mettre en œuvre ses engagements (…) ».

Avec la crise des gilets jaunes et le retrait des métropoles de Lille, Nantes et Bordeaux, le projet de métropolisation avait sérieusement du plomb dans l’aile. Du côté des départements, notamment celui de la Haute-Garonne, on reconnaît que l’abandon du « (…) projet de fusion avec les Départements est une décision de bon sens », commente le président du CD 31 Georges Méric. Ce renoncement devrait permettre au département et à Toulouse Métropole d’appliquer enfin l’accord de coopération signé le 29 juin 2018.

Un référendum pour une nouvelle organisation des territoires ?

Cet accord prévoit notamment des actions dans quatre domaines : les transports, avec la construction d’un pont franchissant la Garonne au nord de Toulouse et la participation du Département au PDU (troisième ligne de métro et lignes Linéo) à hauteur de 201 millions d’euros, une coopération économique (45 millions d’euros pour le futur parc des expos) et des actions en faveur de l’environnement et de l’agriculture. Le quatrième volet concerne le « vivre ensemble ». Pour celui-ci, le Département investit 116 millions d’euros dans la construction et l’agrandissement de sept nouvaux collèges dans la Métropole.

Si la hâche de guerre semble « enterrée » entre Jean-Luc Moudenc et Georges Méric, le dossier avait quelque peu refroidi leurs relations ces derniers mois. La trève pourrait être de courte durée. Car si les maires de Toulouse et Nice concèdent la première manche face aux départements, ils demandent que le Grand débat initié par Emmanuel Macron donne « l’occasion aux Français de s’exprimer sur l’organisation territoriale de notre pays et nous souhaitons d’ailleurs qu’il se conclue par un référendum », ont-ils fait savoir.
Philippe Font

Sur la photo : Jean-Luc Moudenc et Georges Méric, lors de la signature de l’accord de coopération entre les deux collectivités le 29 juin 2018. Crédits : Conseil départemental de Haute-Garonne.