YOUYOU

ToulÉco

Publié le mardi 30 janvier 2018 à 17h22min par Marc Pouiol

Jean-Paul Coltat : « Pourquoi le groupe des Chalets s’engage dans l’économie sociale et solidaire »

Rubrique réalisée en partenariat avec

C’est une première pour un bailleur social : le Groupe des Chalets a lancé un appel à projets auprès des acteurs de l’Économie sociale et solidaire, baptisé « Habitat et Initiatives solidaires ». Jean-Pault Coltat, directeur général du groupe Les Chalets explique l’origine des nombreuses actions lancées sur le terrain par les lauréats afin de favoriser le (...)

Pourquoi le groupe les Chalets a lancé cette démarche originale ?
Depuis toujours le Groupe des Chalets est très attaché aux valeurs coopératives et participatives, et en tant que référent de l’habitat social en région Occitanie (14.000 logements), il a souhaité s’engager dans le champ de l’économie sociale et solidaire dans le cadre de son projet d’entreprise « Ensemble 2025 ». Cette démarche vise à impulser des actions positives en impliquant les résidents, afin d’améliorer l’environnement et le vivre-ensemble.

Pourquoi avoir sollicité des partenaires extérieurs ?
A l’occasion du mois de l’ESS (Économie sociale et solidaire), en novembre 2016, nous avons lancé un appel à projets sur deux thématiques : « Mobilité et Coopération entre habitants ». Le jury a sélectionné, en septembre 2017, quatre projets qui sont mis en œuvre sur six territoires identifiés du parc de logements des Chalets.
L’objectif est de générer des synergies avec des acteurs de l’ESS pour améliorer le cadre de vie, les relations de bon voisinage et les conditions de vie des résidents. En explorant de nouvelles démarches avec des partenaires innovants qui mettent en œuvre des solutions pratiques, en lien avec le quotidien des habitants.

Quelles sont les projets lancés sur le volet « Mobilité » ?
Nous travaillons avec Citiz et Wimoov. La première est une coopérative qui propose depuis 2009 un service d’autopartage à Toulouse. Un partenariat a été engagé en novembre dernier pour lancer l’offre « Mobi-Chalets » permettant d’améliorer la mobilité des résidents et de favoriser l’intermodalité à travers une offre réservée aux habitants du quartier des Arènes et de Ramonville-Saint-Agne. Le groupe des Chalets participe à hauteur de 50% aux frais d’adhésion annuel et prend en charge 150 euros du montant de la garantie. Le second partenaire est Wimoov, une plateforme proposant des offres de mobilité adaptées aux publics en situation de fragilité afin de répondre aux besoins non couverts des territoires. Lors de la première phase, nous menons un diagnostic sur la commune de Salies-du-Salat, le résultat sera connu en juin 2018, et débouchera sur la mise en œuvre d’un plan d’actions concrètes.

Quelles sont les actions que vous menez pour pour favoriser la coopération et l’implication des habitants ?
L’association Circuits verts propose de mobiliser les habitants autour de la valorisation des espaces verts et du compostage. Elle intervient au cœur de la nouvelle résidence « Petit Bois », au Mirail, au travers d’aménagements paysagers en concertation avec les habitants comme des carrés potagers, ateliers de jardinage, le tri et le compost des déchets…
Le projet a été lancé en novembre dernier et mêle convivialité, gestion éco-citoyenne et lien social. Un local a été mis à disposition de l’association. Enfin Solidarité Villes développe un projet nommé « Particules élémentaires » pour favoriser la convivialité et les échanges entre les habitants et l’atmosphère résidentielle. Elle intervient sur la résidence Marvig, dans le quartier Saouzelong-Rangueil au travers d’outils, manifestations et évènements : dessiner de nouveaux espaces communs, création de jardins partagés, d’une signalétique, rencontres à thème… Chacune des associations bénéficie d’une dotation financière, entre 5000 et 8000 euros, accordée par Les Chalets pour développer leurs actions.
Propos recueillis par Marc Pouiol

Sur la photo : Jean-Paul Coltat, directeur du Groupe Les Chalets. Crédits : Polo Garat - Odessa

1 Commentaire

Répondre à cet article