ToulÉco

Publié le lundi 9 octobre 2017 à 20h00min par Isabelle Meijers

A Toulouse, Keylo, le robot qui accueille les patients

Déjà présent dans des centres de self-stockage pour l’accueil des clients et la surveillance, le robot Keylo, développé par la société toulousaine Wyca, investit le domaine médical. Avant d’autres applications de service.

Et si un petit robot vous accueillait pour vos actes de chirurgie ambulatoire à la clinique ? Il vous expliquerait la nature de l’intervention, les examens pré et post opératoires et les recommandations pour les jours suivants… Keylo, c’est son nom, existe bel et bien. Ce robot d’accueil est en phase d’expérimentation à la Clinique du Parc à Toulouse au sein du service du cardiologue Guillaume Rosey depuis août 2017.

« Près de 66% des interventions se feront en ambulatoire en 2020. Or, les infirmières sont déjà surchargées de travail et le chirurgien est au bloc du matin au soir. Ce robot assistant libère donc du temps au personnel médical pour se concentrer sur la technique », explique Matthieu Besozzi, directeur général de Wyca, l’entreprise qui a conçu le robot. Face au risque de déshumanisation attendue de la relation patient-soignant, Matthieu Besozzi objecte : « Vous ne croyez pas qu’elle est déjà déshumanisée avec les cadences actuelles ? »

Côté pratique, Keylo a été créé pour être piloté à distance. Il peut donc aller de chambre en chambre. Un système video intégré n’exclut pas un contact avec le chirurgien au bloc pour des questions en direct par le patient. Enfin, il est auto-nettoyant, ce qui limite les risques d’infections nosocomiales. « Dernier avantage, là où il faudrait une tablette avec programmes explicatifs par chambre, avec Keylo, il suffit d’un robot pour tout un service », souligne Matthieu Besozzi, qui a cofondé Wyca en octobre 2015 avec Nicolas de Roquette, par ailleurs patron des centres de stockage toulousains Kingbox.

A l’assaut du marché américain des centres de stockage

Keylo a déjà fait parler de lui. Depuis 2016, Nicolas de Roquette l’utilise pour l’accueil des clients dans son centre de stockage de Toulouse-Balma. « Wyca a vu le jour sous l’impulsion de Nicolas. Il voulait une présence sur place dans ses centres pour l’accueil des clients, la vérification de la propreté ou la gestion des alarmes. Et l’embauche d’une personne à temps plein pour un petit site s’avérait trop chère. D’où l’idée d’un robot d’accueil et de service à navigation autonome », explique Matthieu Besozzi. Depuis, Keylo, conçu par les ingénieurs de Wyca et assemblé par le Toulousain Sterela, s’est écoulé au nombre de six auprès de différents centres de self-stockage, situés en Suisse notamment. Wyca vise aussi désormais le marché américain et ses 60.000 centres de stockage.

Une explosion anticipée des applications

Pour sa part, l’application au secteur médical de Keylo a donné lieu à la création d’une joint-venture entre Wyca et le docteur Guillaume Rosey…Désormais, c’est tout le marché de la robotique de service qui est en ligne de mire de Wyca. « On se positionne sur une technologie et un usage. La gestion à distance d’un site, l’accueil, le service par des robots vont exploser dans les années à venir car les coûts sont devenus abordables. Nous prévoyons d’ici 5 ans près de 1000 robots Keylo commercialisés pour un chiffre d’affaires de 7 millions d’euros. »
Isabelle Meijers

Sur la photo : Nicolas de Roquette, à gauche, et Matthieu Besozzi, cofondateurs de Wyca, entourent leur créature Keylo, au centre de stockage Kingbox de Balma. Crédits : Hélène Ressayres - ToulÉco