ToulÉco

Publié le dimanche 24 février 2019 à 17h57min par Audrey Sommazi

Pour Airbus, l’avenir s’inscrit désormais avec l’A350

article diffusé le 18 février 2019

Lors de la présentation annuelle de ses résultats jeudi 14 février, Airbus a annoncé des résultats meilleurs que prévu. Toutefois ils ont été ternis par l’annonce de l’arrêt de son programme emblématique, l’A380.

Tom Enders s’en va sur une fausse note. Jeudi 14 février lors de la présentation annuelle des résultats du groupe Airbus, le président exécutif, en fonction jusqu’au 10 avril, a annoncé la mort de l’A380. D’un point de vue stratégique, cette décision est un pari risqué pour l’avionneur européen car l’arrêt de la production du super jumbo coïncide avec l’arrivée sur le marché du 777X de Boeing.

La livraison de biréacteur du constructeur américain, prévue en 2020, devrait lancer une bataille commerciale avec l’A350-1000, la plus grande version du gros porteur long-courrier d’Airbus. Sur le plan financier, l’arrêt de l’A380 provoquera un manque à gagner pour l’avionneur. Néanmoins il peut compter sur son principal client, Emirates Airlines, qui recevra les quatorze derniers A380, ainsi que trente A350-900 et quarante A330-900.

Dix A350 à produire par mois

En marge de cette décision, le constructeur européen basé à Toulouse Blagnac a présenté des résultats positifs pour l’année 2018 et a estimé avoir atteint ses objectifs financiers. Porté par le dynamisme de plusieurs de ses programmes, dont celui du long-courrier A350 et celui du moyen-courrier A320neo, l’avionneur a annoncé un chiffre d’affaires dans le vert, pour atteindre 63,7 milliards d’euros, en progression de 8% ( 59 milliards en 2017). Airbus a totalisé 55,5 milliards d’euros de commandes en 2018, portant la valeur de son carnet consolidé à 460 milliards d’euros en fin 2018.

Dans le détail, l’avionneur a enregistré 747 commandes nettes d’avions commerciaux (135 A220, quarante A350 et vingt sept A330). « Preuve de la vigueur du marché, le carnet de commandes a atteint un niveau record pour l’industrie », se félicite Airbus. Toujours en 2018, le constructeur a livré au total 800 avions, dont 626 de la famille A320 et 93 A350. « Les livraisons d’A350 ont augmenté par rapport à 2017 et incluent quatorze exemplaires de la version longue A350-1000 », poursuit Airbus. « Ce programme atteint une cadence de production de dix exemplaires par mois au quatrième trimestre 2018 ».

Pour l’année 2019, le constructeur , qui prévoit de livrer entre 880 et 890 avions commerciaux, a annoncé des objectifs ambitieux, dont une hausse de son bénéfice ajusté de « 15% » par rapport à 2018. Le constructeur table notamment sur l’A350 qui sera rentable à partir de 2019. Ce programme lui permettra d’augmenter ses marges dans les années à venir. Il compte parallèlement sur la montée en puissance de ses avions A330neo, dont les livraisons « devraient s’accélérer ».
A.S.

Sur la photo : La compagnie Emirates Airlines a acheté trente A350-900 et quarante A330-900. Crédits : Airbus