ToulÉco

Publié le jeudi 19 septembre 2019 à 19h42min par Valérie Ravinet

L’entreprise toulousaine Cap Handi devient Cap Vitae

Depuis les années 80, la société familiale Cap Handi a fait de l’adaptation d’habitat sa spécialité. Elle élargit son offre, devient Cap Vitae pour se développer, et étudie la possibilité d’un déploiement en franchise.

Installation d’ascenseurs ou de monte-escaliers, aménagement de salles de bain, de toilettes ou encore de cuisines…Telle est l’offre dont Cap Handi s’est rendu expert. A l’origine, un couple de plombier-chauffagiste qui entend répondre aux demandes de ses clients pour l’aménagement d’habitat et qui, au fil du temps, devient spécialiste de l’adaptation des logements et des bâtiments publics pour les personnes en situation de handicap et des séniors.

Histoire de famille

« Mes parents ont été visionnaires », confie Valérie Rovino, fille du couple fondateur, qui a repris l’activité en 2016. « Ils ont anticipé l’évolution des marchés, su rechercher des produits et des savoir-faire au Danemark, au Royaume-Uni ou encore en Italie. Ils ont développé tout un réseau de partenaires et délivré des licences d’exploitation à des artisans qu’ils ont formés », raconte la dirigeante.

En 1999, les initiateurs poursuivent sur la voie de l’innovation, avec la mise en place d’une salle d’exposition dédiée aux ergonomes de la région Occitanie pour pratiquer des essais. En 2006, nouvelle évolution : l’entreprise recrute un ergothérapeute qui se forme, sur le terrain, aux contraintes du travail dans le bâtiment. Reconnus pour leur esprit d’innovation, les artisans reçoivent deux prix, l’un régional, l’autre national.

Un marché en plein boum

Avec la croissance du nombre de séniors, la part de ceux qui équipent leurs habitats augmente aussi significativement. « L’adaptation du logement est un moyen d’anticiper les besoins provoqués par le vieillissement et la perte d’autonomie. C’est ce marché que l’on souhaite développer », précise Valérie Rovino.

L’évolution du chiffre d’affaires de l’entreprise, passant de 700.000 en 2016 à 1,3 million d’euros en 2019, pour une équipe de six salariés, semble valider la nouvelle orientation. Pour mettre en œuvre cette stratégie et se rendre visible de ses clients potentiels, l’entreprise change de nom et devient Cap Vitae.

En perspective : l’ouverture d’agences dans trois départements d’Occitanie, le développement national d’un réseau de franchises, avec un bureau d’études qui leur sera dédié. Objectif : continuer à être pionnier et à garder un temps d’avance.
Valérie Ravinet

Sur la photo : Valérie Rovino, dirigeante de Cap Vitae - Crédits : Hélène Ressayres - ToulÉco